Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Isa63

Le 1 et l'humour

Recommended Posts

Isa63

Bonsoir,

 

Bon, j'ouvre ici une nouvelle conversation sur le 1 et l'humour !

 

Quelle image notre ego a-t-il associé à l'humour ? Ce n'est pas sérieux ?

 

Je suis d'accord avec ce que dit Christine dans une autre conversation : lâcher le sérieux peut nous faire beaucoup de bien ! Assouplir un peu notre rigidité ?

 

J'ai aussi entendu que l'humour des 1 était bien particulier… Alors j'ai réfléchi à ce que cela pouvait bien dire ! En fait, je pense que lorsque un 1 essaie de faire de l'humour, malgré lui, ne cherche-t-il pas à faire passer un message "sérieux" ? Ce qui donnerait un goût bien particulier…

 

Les avis sont les bienvenus ! (Un peu comme en stage Libération !)

 

Amicalement,

Isabelle

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Patricia est, comme vous le savez 1. Au début où nous nous connaissions, elle avait un sens de l'humour… Comment dire ? Absent. Depuis, cela a considérablement évolué, et elle a le rire plutôt facile. Il y a donc de l'espoir. La preuve, ici en stage :

 

Pat_hilare.png

 

Ceci dit, cela a suffisamment épaté les participants pour qu'il y en ait un qui dégaine son appareil photo ! Même moi, il m'arrive d'avoir des doutes et de lui demander si elle a bien compris après que nous ayons entendu une blague… :blush:

 

"En fait, je pense que lorsque un 1 essaie de faire de l'humour, malgré lui, ne cherche-t-il pas à faire passer un message 'sérieux' ?"

C'est bien possible. Personnellement, j'aime bien les histoires-enseignement, comme les contes soufis, mais c'est vrai que ce n'est pas le même rire.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Wallace

Bonjour Fabien,

Cette photo, tu nous l'a déjà sortie sur le blog dans l'article "DIF ORANGE". Peut-on donc supposer que tu n'en as pas d'autres ?  :rofl:

Très amicalement,
Wallace

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stéphanie Auxenfans

Bonsoir à tous,

Quel plaisir de voir cette photo, j'ai en le sourire aux lèvres. Tu ne te rappelle pas de la blague en question à tout hasard ?

Ma mère est 1 alpha, et le moins que je puisse dire, c'est qu'elle n'ai pas la reine de l'humour. Le peu de fois où elle faisait un jeu de mots, je trouvais ça pitoyable, mais elle, ça la faisait bien rigoler et elle était contente d'elle. J'ai souvenirs qu'elle en avait deux préférés (oui, préférés, on y avait le droit quand on recevait des invités). Malheureusement la deuxième m'échappe, vous n'aurez le droit qu'à une ce soir, mais promis si elle me revient, je ne vous priverais pas. :wink:

 

Attention vous êtes prêt ?
"Qui veut un petit café dans sa culotte ?" :confused:

Pour ce qui est des blagues, il lui faut un certain temps pour les comprendre. Je crois savoir pourquoi et comment ça se passe dans sa tête, parce que j'ai été contaminée. Je pense que c'est parce que ma mère filtre tout au premier degré. Alors il lui faut un temps où elle analyse l'information de manière premier degré, et quand l'info ne peut pas être traitée, alors elle prend le chemin second degré. Il faut encore quelques secondes pour l'analyser, et ça y est : Bingo !! :idea: Compréhension de la blague, rires. Bien évidemment décalés. :wink:

 

Courte digression, j'ai été contaminée, à mon avis par le fait de grandir dans une maison où les blagues n'avaient guère leur place et par la répression du centre mental.

Très amicalement,
Stef

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Tu ne te rappelle pas de la blague en question à tout hasard ?"

Pas vraiment, c'est un stagiaire qui avait réagi à quelque chose que nous avions dit. Cela ne serait sans doute pas drôle isolé du contexte.

 

"Attention vous êtes prêt ? 'Qui veut un petit café dans sa culotte ?'"

Tu es totalement injuste, Stef. C'est absolument extraordinaire. L'inattendu confusionnant, les conséquences imaginées, le renversement des conventions, tout y est. Les dadaïstes n'auraient pas fait mieux, les surréalistes non plus. Ta mère est un génie.

Non, je plaisante… au cas où tu le prendrais au premier degré ! :rofl:

 

"Je pense que c'est parce que ma mère filtre tout au premier degré."

C'est une excellente hypothèse. J'avais constaté, mais pas formalisé, un phénomène semblable chez Patricia face à un lapsus. Par exemple, si on préparait un plat et que je lui disais "N'oublie pas de mettre le sale", elle restait bloquée et dans la confusion, plutôt que de rétablir automatiquement et de rajouter du sel. Depuis la pratique régulière des techniques de déstructuration des transes de confusion (entre autres) du stage Éveil, ce phénomène autrefois fréquent est devenu exceptionnel.

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Irimi

Bonjour à tous,

 

Alors, là, Stéphanie, à la lecture de ton post les bras m'en sont tombés ! En effet ce jeu de mots du "p'tit café dans sa culotte" a toujours été également le préféré de ma mère, dont l'ennéatype est… 1 !

Et moi qui pensais qu'il n'avait cours que dans ma famille… C'est réconfortant de savoir que non, finalement… :wink: Je te remercie pour ton témoignage !

 

Pour revenir au sujet des 1 et de l'humour, je n'ai jamais observé chez ma mère ce filtre au premier degré. Mais je pense qu'elle est 1 mu. Il serait intéressant d'observer si ce filtre vient plutôt de la répression du mental ?

 

Amicalement,

Pascale

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Du coup, j'ai fait une recherche de "petit café dans sa culotte" sur un moteur de recherche et il y a plein de réponses. Dire que je ne connaissais pas la blague…

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isa63

Bonjour à tous,

 

Que de messages ces jours ! Je manque de temps pour participer comme je le souhaiterais. :cry:

 

Pourriez vous m'expliquer cette blague (le petit café dans sa culotte) ? Malgré les recherches sur Internet, je ne trouve pas ! :rofl: Merci !

 

Amicalement,

Isabelle

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour,

 

"Que de messages ces jours ! Je manque de temps pour participer comme je le souhaiterais."

Oui, vivement les vacances : commentaire de la situation à lire… et à intégrer (une remarque générale, et non pas personnelle).

 

"Pourriez vous m'expliquer cette blague (le petit café dans sa culotte) ? Malgré les recherches sur Internet, je ne trouve pas !"

Le petit qu'a fait dans sa culotte. Oui, je sais…  :mouais:

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isa63

Merci !! :laugh:

Là où je ris le plus en fait, c'est de ne pas arriver à comprendre par moi-même et d'avoir parfois besoin d'explications !

Je comprends, c'est déjà ça ! :rofl: Même si c'est après tout le monde !

Et je vous assure que je ris de bon cœur ! De la blague et de mon fonctionnement !

 

Amicalement,

Isabelle

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isa63

Et en plus, je viens de comprendre comment je me suis fermée à l'humour depuis mon enfance !

Enfant, je savais que je ne comprenais pas grand chose aux blagues ! (Ben oui, 1 alpha !) Étant la "petite dernière" de 6 enfants, ma mère me disait toujours "tu es trop petite pour comprendre" ou "tu comprendras plus tard"… Voilà comment j'ai intégré inconsciemment que je n'arriverais jamais à rattraper le côté "grand" de mes frères et sœurs. Et je pense que la false core du 1 était bien touchée là ! "Ah… De l'humour ! non seulement c'est pas quelque chose de sérieux, mais quand faut-il rire ?" Quand serais je suffisamment grande pour comprendre ?

Voilà comment aussi je n'ai jamais accepté le fait de ne pas comprendre les blagues. Voilà comment dès que quelqu'un commençait à raconter une blague, je vivais un moment de stress à l'idée de ne pas comprendre et devoir rire de façon forcée pour cacher mon incompréhension, qui de toute façon se voyait ! Donc honte, colère contre moi et probablement formation réactionnelle !

Aujourd'hui je n'ai plus honte ! Et j'en ris… Ça semble probablement anodin, mais c'est une réelle libération !

J'espère que Christine ou Nathalie (ou d'autres 1) nous dirons comment elles le vivent ?

Amicalement,
Isabelle

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aurolaf

Bonjour à tous,

 

"Pourriez vous m'expliquer cette blague (le petit café dans sa culotte) ?"

Je te rassure, Isabelle, tu n'es pas la seule : j'adore les blagues et je n'ai pourtant pas compris le jeu de mots en première lecture. Ça a tourné quelques jours dans ma tête jusqu'à ce que je fasse une recherche sur Internet et que je comprenne. J'étais pétrifiée de honte de n'avoir pas compris !

 

Merci les 1 (et les enfants de 1) pour vos témoignages, c'est très utile pour les autres. J'ai une belle-mère 1, et l'humour est vraiment un moment délicat lors des repas familiaux. Grâce à vous, je comprendrais mieux, à l'avenir, ce qu'il se passe dans sa tête. Je viendrais peut-être vous raconter ses blagues, si elle en fait et si j'ai capté que c'était de l'humour&hellip, :wink:

 

Bien amicalement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Christine

Bonjour à tous,

 

[J'avais écrit ce message à la mi-avril. Comme je n'avais pas pu le poster au moment voulu, je le ressors maintenant des oubliettes.]

 

Isabelle, je n'avais pas compris non plus le jeu de mot. Quand Fabien a parlé des résultats sur Internet, j'ai foncé pour regarder et j'ai découvert la réponse. C'est en lisant ton commentaire que je me suis rendue compte que je n'avais même pas pris le temps d'essayer de comprendre. Bref, à quoi bon activer le centre mental, surtout pour un "truc" qui n'est pas sérieux ?

 

"Voilà comment dès que quelqu'un commençait à raconter une blague, je vivais un moment de stress à l'idée de ne pas comprendre et devoir rire de façon forcée pour cacher mon incompréhension, qui de toute façon se voyait ! Donc honte, colère contre moi et probablement formation réactionnelle !

Plus jeune, je vivais mal aussi de ne pas comprendre les blagues. Je ne sais pas à quel moment j'entrais en transe. Par contre, j'étais consciente d'un décalage avec les autres ; dès que je sortais de transe, c'est comme si je venais de débarquer et je ne comprenais pas pourquoi mon entourage riait. Dans ces moments-là, le plus important était de ne pas perdre la face et de ne pas avoir l'air trop bête. À l'époque, j'étais plus sensible aux réactions des autres ; alors la honte et la colère, je connais bien.

 

Je suis en train de me rendre compte à quel point cette honte ajoutée à toutes les autres s'est enracinée à l'intérieur de moi, et de toute l'énergie gaspillée pour me cacher au lieu de l'utiliser pour vivre et savourer la vie. Merci pour cette conversation qui me donne l'occasion de m'ouvrir et me montrer telle que je suis. :heart:

 

Très amicalement,

Christine

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nat

Bonjour à tous,
 
Je rejoins le club, et fais mon coming out : moi non plus je n'avais pas compris la blague, lorsqu'on me l'a raconté en stage. Le pire, c'est que je ne m'en étais pas rendue compte. Sur le coup, j'ai bien senti qu'il y avait une blague : le café, la culotte… mais mon esprit est parti en rêverie sur la petite culotte plus que sur le petit qu'a fait. Mon mental avait carrément déplacé un mot pour s'évader et ne pas réfléchir.
 
Enfant, à l'école, c'était le même mécanisme de fuite par la rêverie, l'absurde : déplacer, tourner et retourner les mots jusqu'à les vider de leur sens, pour n'en garder que des sonorités inédites, ou faire des associations d'idées jusqu'à sortir totalement du sujet.

J'ai réalisé que j'avais "zappé" le sens de la blague plusieurs jours plus tard, lorsqu'une amie m'a demandé si j'avais compris. Et bien sûr, j'ai dit "oui", avec un air du genre "quand même, je n'en suis pas là". Et en plus, j'étais sincère à ce moment-là ! C'est en rentrant chez moi que le doute s'est installé, et je suis vite allée vérifié sur Internet, histoire d'avoir la clé.

Ce qui est prodigieux, c'est de repérer les stratégies mises en place par mon ego pour ne pas réfléchir : "Petit café, culotte, bon, ok, c'est scato, je vois pas bien comment ça s'articule en gros mais j'ai compris le thème de la blague… ha ! Petite culotte, ça on le dit souvent, ça doit avoir un lien…" Et là, c'est parti pour cinq minutes de digressions incongrues.

C'est une manière superficielle de traiter la question, juste assez pour rire avec les autres légitimement (je valide intérieurement que c'est bien une blague, même si je n'en saisis pas toute la teneur).

Ceci étant, je ne vis pas le sentiment de honte à ce niveau, ni de moment de stress comme toi, Christine, car c'est assez rare que je ne comprenne pas la blague. Ou, plus probablement, c'est assez rare que je m'en rende compte…

Par contre, lorsqu'on me dit que je n'ai pas le sens de l'humour, là je vire au rouge immédiatement. Je ne supporte pas cette accusation injuste et infondée. Oui, les mots sont exagérés, mais c'est vraiment comme ça que je le vivais, avant de prendre conscience qu'effectivement, je n'avais pas toujours le sens de l'humour.

Ayant été élevée par un père 7, j'ai intégré au plus profond de moi l'idée que quelqu'un qui n'a pas le sens de l'humour est un parfait abruti.

Sauf que le sens de l'humour était chez nous souvent teinté de cynisme et d'ironie. Or j'ai appris récemment que lorsque les 1 font de l'humour, il y a bien souvent un message caché derrière, une sorte de reproche à l'autre masqué en blague. J'ajoute que mon père est 7 alpha, et se désintègre donc en 1

Je constate aujourd'hui que l'humour chez moi est un humour qui pique là où ça fait mal, et pas forcément un humour léger et joyeux, où l'on rit tous ensemble, et pas de quelqu'un. Comme si je cumulais le jugement du 1 avec la vanne moqueuse du 7. Beau mélange !

Et ça, c'est quand j'arrive à faire de l'humour, parce que parfois c'est carrément à côté de la plaque, de mauvais goût ou très lourd. Comme lorsqu'on ne maîtrise pas un nouveau sport, et que les coups sont poussifs, ou la puissance mal dosée.

En lisant tout cela, vous pouvez constater que pour moi, avoir le sens de l'humour voulait principalement dire comprendre la signification des jeux de mots et autres récréations de l'esprit. Or j'ai réalisé récemment (bien aidée par les remarques insistantes d'un de mes proches…) qu'avoir le sens de l'humour, c'est aussi savoir rire de soi. Et là, je peux dire haut et fort : je n'avais vraiment pas le sens de l'humour ! L'auto-dérision, c'est tout le contraire du sérieux et de l'implication pour moi alors dur dur d'y accéder.

Dès que l'on me vanne, je tombe dans la justification, même si j'ai ri intérieurement de la blague car j'en ai apprécié la qualité. Je n'arrive pas à lâcher, il faut que je rétablisse la Vérité (oui il y a un bon BLEU derrière tout ça, j'imagine). Et cela m'a souvent gâché des moments où j'aurai pu tout simplement rigoler.

Je vois derrière ce manque de lâcher prise un grand manque de confiance en l'autre, en sa capacité de me voir avec mes "défauts" et de m'accepter telle quelle.

Et pourtant, l'humour est une si belle façon de faire comprendre à l'autre qu'on l'aime comme il est, et que l'on en rit de bon coeur, dans la joie et l'amour.

Bien amicalement,
Nathalie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

Merci Nathalie de ton témoignage.

"Ayant été élevée par un père 7, j'ai intégré au plus profond de moi l'idée que quelqu'un qui n'a pas le sens de l'humour est un parfait abruti."
Et ce ne serait pas vrai ? :rofl:

 

"Sauf que le sens de l'humour était chez nous souvent teinté de cynisme et d'ironie. Or j'ai appris récemment que lorsque les 1 font de l'humour, il y a bien souvent un message caché derrière, une sorte de reproche à l'autre masqué en blague. J'ajoute que mon père est 7 alpha, et se désintègre donc en 1."
Je crois qu'hélas un 7 n'a pas besoin ni d'être de variante alpha ni de se faire de la désintégration externe pour être cynique et ironique. Cela fait partie du kit de base de l'ego, même si les points que tu cites sont des facteurs renforçant cette fâcheuse tendance.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×