Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture du 26 octobre au 12 novembre 2017 inclus.

Isa63

Propos de 7

Messages recommandés

Isa63

Bonjour à tous et à toutes,

 

Je ne résiste pas à venir partager ces quelques mots qui, pour moi, sont une belle illustration de propos de 7

 

Lors de ma journée de travail, hier, j'accueille une personne avec de violentes douleurs (thoraciques ? abdominales ?). Bref, malgré ces douleurs difficilement supportables et particulièrement angoissantes, entre deux crises, cette personne gardait un certain sens de l'humour… À la question "Faites vous du sport ?", la réponse a été : "Oui, du triathlon : foie gras, saumon et champagne !" :laugh: Puis, "La vie n'est que plaisir !"

 

Amicalement,

Isabelle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bionjour Isabelle,

"Oui, du triathlon : foie gras, saumon et champagne !"
Merci pour cette superbe anecdote ! Ceci dit, n'oublions pas d'y ajouter la pratique régulière de l'apérobic ! :rofl:

"Malgré ces douleurs difficilement supportables et particulièrement angoissantes, […]"
Peut-être plutôt "À cause de ces douleurs". Pour les 7, l'humour est un des moyens de lutter contre le stress et la peur.

Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Claire5

Bonjour à tous,

 

:laugh: Merci pour cette anecdote. J'en profite pour en rajouter une que je voulais partager sur ce forum.

 

L'autre jour, regroupement familial pour des funérailles. J'attendais la réaction de mon père 7 qui ne manque jamais de sortir des blagues dans ces moments tristes. À peine arrivée sur place, avant la cérémonie, ma mère avait envie d'aller aux toilettes, il lui dit : "T'as raison. Faut aller pisser avant, comme ça on pleure moins après !" :laugh:

 

Bon, il en a fait des moins drôles aussi. Quand je m'étonnais de la petite taille du cimetière, il m'a répondu : "En même temps, une fois qu'on y est, on bouge pas beaucoup !" Au moment de la descente du cercueil, il m'a dit : "Oh la la la… C'est vraiment pas un truc de 7 !"

 

Allez, une dernière pour la route : autre regroupement familial après la mort de ma grand-mère. Le curé est là, et pour détendre l'atmosphère il se met à changer de sujet et à parler de la rivière qui est juste à côté et de sa fréquentation. À ce moment-là, mon père 7 lui demande : "Et vous mon père, vous en croisez beaucoup des pécheurs ?" Explosion de rires générale… C'est bon, l'atmosphère était détendue !

 

Bien amicalement,

Claire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Claire,

 

Ton père a raison, mais il devrait commencer à amuser la galerie un peu plus tôt car si les gens étaient pliés de rire sur leur lit de mort, on pourrait acheter des cercueils plus petits et faire la fête avec les économies.

 

De toute façon, les futurs défunts devraient être ravis, ils ne verront plus leur famille qu'une fois par an, à la Toussaint. Je crois me souvenir que celle-ci est de Pierre Doris, un doux poète qui disait : "C’est très beau un arbre dans un cimetière. On dirait un cercueil qui pousse."

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stéphanie Auxenfans

Un extrait du livre d'Etty Hillesum, Une Vie bouleversée. L'histoire se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale. Mai 1942, de nouvelles mesures anti-juives sont prises : interdiction de circuler en bicyclette et en tramway. C'est le père d'Etty qui est 7 qui commente cette nouvelle restriction :

 

Aujourd'hui nous sommes rentrés dans l'ère sans bicyclette. Le journal m'apprend qu'à Amsterdam, les Yehudim ont encore le droit de se déplacer à vélo. Quel privilège ! En tout cas, nous n'avons plus à redouter qu'on nous vole nos vélos ! Voilà qui soulagera nos nerfs. Autrefois dans le désert nous nous sommes bien débrouillés sans nos vélos, et pendant 40 ans.


Je viens de lire ce passage, juste après avoir lu cette conversation. Désolée de plier l'ambiance, mais c'est aussi une belle illustration.

Très amicalement,
Stef

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Bonjour à tous,

 

Voici ci-dessous copie (anonymisée) d'un e-mail reçu en décembre de la part d'un ami dont je pense qu'il est 7, et ce message me semble le confirmer. Pour situer le contexte, cet ami avait repris avec sa femme l'hôtel de ses parents, hôtel dans lequel nous nous rendons régulièrement avec un groupe de formation continue. Cet ami a fait partie de ce groupe pendant quelques années, et cet e-mail est envoyé à ce groupe.

 

Ils ont fait avec sa femme le constat l'an dernier qu'ils n'étaient pas faits pour tenir cet hôtel, et se sont ensuite séparés. Ils ont un fils de 2 ans. L'hôtel familial a été vendu, et il a quitté l'activité fin novembre.

 

C'est bien sûr un cap difficile à passer pour lui. Dans ce contexte, j'ai été interpellé par l'orientation d'optimisme et de recherche de plaisir exprimée presque à chaque phrase : je les ai mises en gras pour illustrer visuellement. Elles ne suffisent pas à masquer la souffrance pourtant bien visible (en tout cas, au moins pour moi qui le connais bien).

 

Bonjour à tous,

J'espère que tout le monde va bien.

Voici quelques nouvelles.

Mon frère et moi sommes cette fois-ci réellement sortis de l'activité de l'hôtel, je crois que plusieurs sentiments se mélangent mais l'enthousiasme domine.

Ma candidature au comité du tourisme n'aura finalement pas aboutie, un mal pour un bien car je souhaite aussi élargir mes recherches à des secteurs pas forcément en lien direct avec le tourisme.

Personnellement, je tiens encore à vous remercier pour le soutien que vous avez pu m'apporter durant cette année de changements, ça m'a fait très chaud au cœur et beaucoup de bien.

Mes parents et mon frère me chargent encore de vous remercier et de vous rappeler qu'ils ont eu énormément de plaisir à recevoir votre groupe à l'hôtel pendant toutes ces années.

 

On vous souhaite à tous de belles fêtes de fin d'année, et je prendrais le temps de vous contacter et j'espère aussi vous revoir après les fêtes.

 

Amitiés.

X

 

PS : pour info, je vis toujours à la même adresse, je cherche des amis (maintenant que j'ai du temps de libre) pour des apéros et autres… Tél 06.01.02.03.04 (si vous passez par là).

Un peu tristement

Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Dans ce contexte, j'ai été interpellé par l'orientation d'optimisme et de recherche de plaisir exprimée presque à chaque phrase. […] Elles ne suffisent pas à masquer la souffrance pourtant bien visible (en tout cas, au moins pour moi qui le connais bien)."

Merci Jérôme pour cet exemple. En tant que 7, moi aussi je sens bien la souffrance présente dans ce billet, et aussi le sentiment de solitude : notre ego nous interdit d'afficher notre tristesse, et donc nous nous retrouvons seuls avec elle sans pouvoir profiter du réconfort que des amis pourraient nous apporter. Dans cette optique, j'interprète le post-scriptum comme un appel au secours, le plus explicite sans doute qu'il lui soit possible d'écrire.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Bonjour Fabien,

 

"Dans cette optique, j'interprète le post-scriptum comme un appel au secours, le plus explicite sans doute qu'il lui soit possible d'écrire."

Merci pour ta lecture complémentaire. J'étais mal à l'aise avec ce message, percevant probablement cet appel au secours et cette solitude, mais pas assez consciemment pour passer à l'action. Le fait que tu les explicites m'a permis de le faire en reprenant contact avec lui d'une part, et en organisant avec le groupe le fait qu'il nous rejoigne pour le repas (et l'apéro…) lors de notre rencontre de la semaine prochaine.

 

Belle journée à tous,

Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Théolix

Bonjour à tous,

 

Impossible en tant que 7 de rester neutre devant ce message. :sick: Effectivement, il est en pleine souffrance et demande de l'aide (peut-être a-t-il le centre émotionnel en support ?). En ce qui me concerne, j'étais dans ces moments-là tellement honteux de souffrir que je préférais rester seul. Vraiment seul. Je le trouve donc courageux d'écrire son post-scriptum.

 

Très cordialement,

Théolix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Bonjour Théolix,

 

"Peut-être a-t-il le centre émotionnel en support ?"

Je confirme effectivement l'émotionnel en support. Merci pour ton œil averti de 7 sur cette nuance importante de comportement dans une telle situation en fonction de la hiérarchie des centres.

 

Bien amicalement,

Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

J'ai profité de mes vacances en Amazonie brésilienne pour lire quelques romans de Jorge Amado. Si la culture du Brésil est très certainement d'ennéatype 7, il est très probable que Jorge Amado le soit aussi. Quoi qu'il en soit, dans Dona Flor et ses deux maris [Version Kindle], le personnage de Vadinho est une magnifique description de ce profil. Le prêtre Dom Clemente Nigra dit de lui : "Vadinho était si gai, il aimait tant rire… Chaque fois que je le voyais, je me rendais compte que le pire des péchés mortels est la tristesse, le seul qui offense la vie."

Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Même pas peur

Bonsoir à tous,

Voici un petit extrait d'un magazine évoquant le rapport des 7 à la découverte et à l'ennui. Susumu Tonegawa, prix Nobel de médecine en 1987,déclare : "La plus grande préoccupation d'un scientifique devrait être de ne jamais s'ennuyer."

post-16-0-47086900-1409719826_thumb.png
Anne Debroise, "Les faux souvenirs ressemblent aux vrais", La Recherche, N° 483, Janvier 2014, p. 36-37.


Bonne soirée à tous,
Même pas peur, non non, pas 7, mais 6… qui aime bien les 7. :bye:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Les élections de mi-mandat sont en cours aux États-Unis, et bien sûr, Barck Obama est allé voter. Alors qu'il était debout devant sa machine à voter, l'époux d'une jeune femme qui occupait la machine voisine, est passé derrière le président et a lâché : "Ne touchez pas à ma copine, monsieur le président." Un instant déstabilisé, Obama a finalement plaisanté avec le jeune homme et son épouse : "Je vous embrasse, comme ça il aura une raison de parler, il est vraiment jaloux maintenant."

 

Évidemment le journaliste ont interrogé Mike Jones, le plaisantin, sur les raisons de son geste. Sa réponse est très 7 : "C'est ma personnalité. Tout était si silencieux, et tout le monde prenait des photos. Je me suis dit qu'il fallait que je fasse quelque chose pour faire rire les gens." Ben, s'il le fallait…

 

Très amicalement,

Fabien

 

Source : "Barack Obama se fait chambrer par un électeur à Chicago", Le Huffington Post, 21 octobre 2014.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

L'Isan est une région à cheval sur la Thaïlande, le Laos et le Cambodge. Patricia et moi venons d'en visiter la partie thaïlandaise. C'est la région la plus pauvre du pays et la moins touristique : même dans les meilleurs — tout est relatif ! — hôtels, il n'est pas rare que personne ne parle anglais à la réception. Quant au français, ne rêvons pas.

 

Sikhoraphum.png

 

Il y a peu, les habitants des autres régions de la Thaïlande regardaient l'Isan avec condescendance et essayaient de dissuader les touristes de s'y rendre en utilisant cet argumentaire : « C'est loin. La nourriture n'y est pas savoureuse. Les femmes n'y sont pas attirantes. Et on ne s'y amuse pas. » Dans la bouche d'un peuple d'ennéatype 7, c'est vraiment sans appel.

 

Précisons que ces quatre assertions sont en grande partie inexactes.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isa63
Bonjour à tous,


Merci Fabien pour ce récit au retour de votre voyage ! L'Asie est un continent que j'aime beaucoup.


Les circonstances des propos d'un 7 que je vais apporter ici sont dans des circonstances beaucoup plus tragiques. J'ai malgré tout envie de les partager parce que cela illustre vraiment combien l'humour peut être, chez le 7, une protection.


Mes enfants ont perdu leur papa, il y a maintenant 2 mois. Après la mise en bière, nous sommes allés auprès du cercueil. Cette épreuve était insoutenable et lorsque nous nous sommes approchés, mon fils aîné, 7, a dit : "Pouah !! Mais c'est pas notre père du tout ça !! On dirait Johnny Halliday !"


Malgré la souffrance que nous vivions, cette réaction nous a fait exploser de rire, et, je dois dire, cela a détendu l'atmosphère, l'espace d'un instant…


Je savais qu'il n'y avait qu'un 7 pour dire des choses pareilles en une telle circonstance. Je savais que c'était une protection. Une de mes sœurs a été choquée de cette réaction.


Amicalement,

Isabelle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Isabelle,

 

"Cette épreuve était insoutenable et lorsque nous nous sommes approchés, mon fils aîné, 7, a dit : 'Pouah !! Mais c'est pas notre père du tout ça !! On dirait Johnny Halliday !'"

C'est parce que c'est insoutenable qu'il faut, pour l'ego, trouver un moyen de contenir cette trop grosse peine qui va nous submerger.

 

Merci en tout cas d'avoir eu la force de partager avec nous ces propos. Je te redis notre affection et notre soutien, à Patricia et à moi, dans ces moments douloureux.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Docthib

Bonsoir Isabelle, bonsoir Fabien,

Cette anecdote d'Isabelle éclaire beaucoup une situation que j'ai vécue et qui m'a notamment permis de typer mon frère comme un 7. Lors de la mort de notre grand-mère, qui a été une personne très importante pour nous, mon frère a eu une attitude qui, vue de l'extérieur, était une attitude extrêmement déplacée : plaisantant avec l'employé des pompes funèbres (qui se demandait comment se comporter en retour…), faisant des jeux de mots sur la mise en bière, il avait un ton moqueur, voire sarcastique alors que ce n'était vraiment pas le moment, étant donné que nous étions tous sous le choc du décès, et dans une immense peine. Ce que j'avais perçu à l'époque comme une forme d'insensibilité cruelle (un peu comme une personne à qui il manquerait un sens) m'est apparu finalement comme une manière un peu désespérée pour mon frère de maintenir la souffrance à distance… avec ses moyens à lui.

 

Je vais dire une évidence, mais ma vision des 7 a changé du tout au tout à cette occasion. Nous en avons reparlé depuis, je lui ai fait part de mon ressenti, et il a écouté et compris. Lors d'un autre deuil dans ma famille, il a été respectueux de mes sentiments, tandis que je comprenais mieux son attitude, presque irrépressible, de mettre de l"humour ou de la dérision dans cette situation très prenante : nous n'avions tout simplement pas la même manière d'exprimer notre peine…

 

Très amicalement,
Christophe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Hier après-midi, j'ai pris le métro — quelle aventure ! :rofl: — et, comme à chaque fois, des personnes circulaient dans les rames pour faire la manche. Généralement le discours qu'elles tiennent est soit l'exposition sans trop d'affect de leur situation soit une plainte résumant leurs souffrances.

 

Lors de ce trajet, j'ai eu droit à un message bien différent : "Bonjour, j'aurai besoin d'argent pour m'acheter de la drogue. Mais ne me faites complètement confiance, je serais capable de l'utiliser pour m'acheter à manger. Et n'oubliez pas, vous avez un muscle qui s'appelle le zygomatique et qui vous permet de sourire. Ça ne coûte rien et ça ne fait pas mal. [silence.] Bon, pour certains, ce sera pour la prochaine fois. Allez, on sort les mains de ses proches, on prend son porte-monnaie et on glisse quelque chose dans ma poche. Je ne porterai pas plainte." Le non-verbal allait bien avec ce discours.

 

Bien sûr, je ne peux pas avoir une certitude absolue d'avoir été en présence d'un 7. Si ce n'était pas le cas, un 7 honoris causa serait bien mérité.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rosso

Bonjour,

Hier, ma fille, qui est 7, récitait une poésie apprise à l'école sur le thème de la rentrée. Des strophes commençant par "Chouette, c'est la rentrée" alternaient avec des strophes commençant par "Zut, c'est la rentrée". Comme elle avait un blanc, elle me dit : "C'est bizarre, je ne retiens que les strophes positives…" Bizarre, vous avez dit bizarre… :happy:

Rosso

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Sur le site maya de Tulum, j'ai croisé une jeune femme assez plantureuse qui portait un t-shirt sur lequel était écrit :

 

Nom de famille :

Affamée

Prénom :

Toujours

 

Chic, maintenant les 7 ont leur ligne de vêtements !

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

Mon fils ainé est 7 mu et j'ai eu de nombreuses occasions de me délecter de son humour et de sa légèreté. :heart:

À l'occasion d'un grand rangement, j'ai retrouvé un poème qu'il avait écrit pour un devoir d'école alors qu'il avait douze ans.

Le poème s'intitule "Petit et grand". On y retrouve le domaine et la dichotomie du 7 ainsi que son orientation (joie, optimisme) et son style de communication (histoires). Le mental intérieur est très perceptible aussi.

J'avais juste envie de partager avec vous cette jolie trouvaille. :calin:

 

petit et grand2.pdf

 

Très amicalement,
Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Bonjour Alice et le lapin,

 

Je trouve que c'est un joli poème 7 dans lequel on voit bien l'orientation vers le futur, et l'utilisation du rêve pour masquer la peur du monde extérieur.

Pour revenir à la dichotomie, je connais également un enfant 7 qui dès 2 ans, avant de faire des phrases, comparait souvent des choses en les accompagnant des seuls mots "petit" et "grand".

 

Bonne journée

Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves

Bonjour à tous,

 

Je trouve ce texte poétique, positif et sympathique. J'ai souri en lisant le "Si toutefois…". J'ai songé aux très nombreux "Si…", "Si…" et puis "Si…" d'une amie 7 (de sous-type Conservation et à aile 6).

 

Amicalement,

Yves

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

Et merci à vous Jérôme et Yves pour vos retours.

 

En effet Yves, je n'y avais pas pensé, mais mon fils 7 mu (la variante est une certitude, il l'a lui-même validée) possède très certainement une aile 6, et elle s'exprime là assez clairement.

Après tout ayant un père, une mère et un frère 6, il n'est pas étonnant que cette aile se soit développée !

 

Amicalement,

Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×