Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture du 26 octobre au 12 novembre 2017 inclus.

Jérôme

Mouvements idéomoteurs de 9

Messages recommandés

Jérôme

Bonjour à tous,

 

Je vous adresse tout d'abord à tous mes meilleurs vœux pour cette année 2011.

 

M'adressant à un public de 9, peut être devrais-je plutôt formuler la question : qu'est-ce que vous souhaitez pour vous-même pour cette nouvelle année ? :rofl: Mais je préfère que vous gardiez vos moyens pour le billet ci-dessous.

 

En recherchant récemment des constantes de ma personnalité depuis mon enfance, j'ai identifié deux mouvements idéomoteurs qui ne m'ont pas quitté depuis que j'ai 6 ou 7 ans (peut être même avant) :

  • J'agite très souvent les jambes quand je suis assis, en appui sur la pointe des pieds, de haut en bas ou de gauche à droite. C'est assez rapide, de bonne amplitude, et donc très visible pour mon entourage en général amusé, mais parfois agacé comme mon père qui me faisait remarquer les vagues provoquées dans les verres sur la table familiale… Il m'arrive même souvent de me surprendre couché dans mon lit, en général de côté, avec un pied qui pivote de bas en haut.
  • Je me ronge les ongles des mains, je ne me souviens pas m'être un jour servi d'un coupe-ongles ou de ciseaux pour mes ongles des mains.

Je me suis longtemps demandé quelle pouvait être l'origine de ces mouvements, en me questionnant sur une certaine anxiété (plutôt 6 ?), sur de la colère refoulée (plutôt 9), ou de l'impatience.

 

J'ai l'impression avec le recul que ces mouvements se déclenchent surtout lorsque mon esprit s'échappe de l'instant présent, que je ne suis plus vraiment disponible pour mon entourage et que je commence à utiliser mon centre mental pour analyser, anticiper, organiser, trouver une solution… éviter un conflit.

 

En tant que 9 mu réprimant le centre mental, je me dis à la lecture de l'Ennéagramme que dans ces situations, le centre mental tente de se faire une moins petite place, mais que malgré tout le centre instinctif utilise de manière intempestive et non appropriée une partie de mon énergie pour ces mouvements.

 

Cette observation vous rappelle t'elle quelque chose chers autres 9 ? Ou chers autres ennéatypes de variante réprimant le centre mental ? Ou chers autres tout court ayant observé cela chez vos proches ?

 

Fabien, j'imagine qu'avec Patricia vous avez observé nombre de jambes qui ont la bougeotte sous les tables lors des stages. Avez-vous pu avec le temps en tirer une information exploitable pour la connaissance de soi d'un 9 ?

 

Merci à tous et à bientôt,

Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Boinjour Jérôme,

Dans le stage Éveil, nous étudions les différentes transes hypnotiques qui constituent l'ego et les moyens de les interrompre. Les mouvements idéomoteurs sont une de ces transes.

Ils ont toutefois quelque chose de particulier, à savoir qu'ils sont toujours précédés d'une autre transe. C'est celle-ci qui doit être découverte et qui explique le sens réel du mouvement idéomoteur. Les explications par l'anxiété, la colère ou l'impatience sont effectivement les plus courantes, mais il s'agit de généralités qui doivent être précisées par l'auto-observation. Même s'il existe des techniques permettant d'interrompre les transes de changement musculaire (mouvement idéomoteur ou catalepsie), seule la mise à jour de la ou des transes en amont permet de comprendre le problème et de le régler.

Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Merci Fabien pour cette réponse.

 

En attendant de participer au stage Éveil, possiblement en novembre, j'ai bien envie de tenter l'auto-observation de cette premiere transe qui précède les mouvements idéomoteurs.

 

La liste des transes dans Le Grand livre de l'ennéagramme est assez longue. Y en a-t-il certaines qui sont plus ou moins probables dans ce contexte ? Histoire de me facilier un peu le travail.

 

Si d'autres parmi vous ont déja mené ce type d'auto-observation, je suis preneur de vos conseils et retours d'expériences. je ne manquerai pas de vous tenir au courant des résultats de mes propres tentatives.

 

Merci,

Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Jérôme,

"J'ai bien envie de tenter l'auto-observation de cette premiere transe qui précède les mouvements idéomoteurs."
Franchement, c'est assez difficile sans apprentissage. De plus, trouver la transe n'est pas suffisant pour l'interrompre : ici comme ailleurs, il importe de ne pas entrer en guerre contre son ego. Une transe se déstructure, elle ne se combat pas ou ne s'interrompt pas. Il y a sinon un risque de transfert de symptôme et le nouveau symptôme pourrait être moins anodin que des mouvements idéomoteurs.

"La liste des transes dans Le Grand livre de l'ennéagramme est assez longue. Y en a-t-il certaines qui sont plus ou moins probables dans ce contexte ? Histoire de me facilier un peu le travail."
Cette phrase m'a bien fait rire. En fait tu me demandes d'aider ton ego à te mentir ! À identifier une transe qui ne sera pas la bonne, ce qui lui permettra de continuer tranquillement sa petite vie.

Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Bonjour Fabien,

Mon objectif à ce stade est surtout de m'observer, de comprendre mes automatismes au regard du modèle de l'Ennéagramme.
Je n'ai pas d'urgence à supprimer mes battements de jambes ; je souhaite surtout savoir s'ils peuvent être un indicateur d'autre chose d'inconscient chez moi que je peux découvrir.
Je ne souhaite surtout pas engager un combat (d'ailleurs qu'est-ce que je n'aime pas ce mot :beurk:) contre mon ego, ni tenter de déstructurer une transe tout seul, simplement observer en attendant d'aller plus loin après le stage Éveil.

"En fait tu me demandes d'aider ton ego à te mentir ! À identifier une transe qui ne sera pas la bonne, ce qui lui permettra de continuer tranquillement sa petite vie."
Aïe Aïe Aïe… :blush: Au début je ne comprenais même pas pourquoi tu disais ça en réponse à ma question… :blush::blush: Je crois maintenant comprendre que le simple fait de canaliser son attention sur tel ou tel phénomène potentiellement attendu revient à prévenir l'ego qu'on va tenter de l'observer, et que dans ce cas, je risque de tout observer sauf ce que je cherche. Est-ce bien cela ?

Je comprends du coup mieux la difficulté de l'auto-observation. Je ne désespère pas cependant, je reviendrai vers vous si j'arrive à quelque chose.

Bien amicalement,
Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Jérôme,

"Aïe Aïe Aïe… :blush: Au début je ne comprenais même pas pourquoi tu disais ça en réponse à ma question… :blush: :blush:"
Il n'y a pas de quoi être confus. Ce genre de tentative de l'ego pour récupérer le travail sur soi est classique. Et comme tu n'es pas ton ego, tu n'es pas concerné par ses petites ruses ! :happy:

"Est-ce bien cela ?"
Oui, si tu présupposes qu'à l'origine des mouvements idéomoteurs, il y a telle ou telle transe, tu as peu de chance d'observer la transe réelle si elle est autre.

"Je comprends du coup mieux la difficulté de l'auto-observation."
L'auto-observation n'est pas simplement volonté de s'observer. C'est une méthode concrète dont l'apprentissage fait l'objet des stages Essence et Éveil, apprentissage qui limite les risques de fausse auto-observation sans toutefois les exclure totalement.

Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On dirait le sud

Bonjour et meilleurs voeux à toutes et tous.

Fabien, je remonte ce sujet 4 ans après ta dernière réponse car j'ai été interpellé par la phrase suivante : "L'auto-observation n'est pas simplement volonté de s'observer. C'est une méthode concrète dont l'apprentissage fait l'objet des stages Essence et Éveil, apprentissage qui limite les risques de fausse auto-observation sans toutefois les exclure totalement." Lorsque j'ai démarré mon cursus de formation (en 2013), j'ai eu à l'époque l'intuition de suivre assez tôt le stage Éveil. Par contre, j'ai sous-estimé (à l'époque) l'intérêt immédiat du stage Essence. Or, je trouve que la description de ce stage ne met pas ce point assez en évidence.

Jérôme, où en sont tes battements de jambes, 4 ans plus tard ? :happy:

Bien amicalement,
Benoît

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

"Je trouve que la description de ce stage ne met pas ce point assez en évidence."

Merci Benoît de cette remarque. Je vais amender la fiche descriptive du stage.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Bonjour à tous,

"Jérôme, où en sont tes battements de jambes, 4 ans plus tard ?"
Benoit, je prends enfin le temps de répondre à ta question, qui correspond à un sujet sur lequel je souhaitais revenir.

Il s’est passé des choses avec mes battements de jambes, et j’ai, depuis mon premier témoignage d’il y a 4 ans, appris à les détecter de plus en plus souvent et dans ce cas, à remonter à la transe précédente qui se trouve souvent être une progression en âge ou des (auto)suggestions (post)hypnotiques : je (re)joue des scènes virtuelles ou des discussions passées ou à venir.

Dans ces cas-là, il y a un conflit en amont, soit interne, soit externe, et parfois un empilement de conflits : par exemple, je prépare un argumentaire pour contrer l’avis de quelqu’un, car si j’étais d’accord avec cette personne, ça impliquerait que je ne sois pas d’accord avec une autre personne avec qui le conflit est impossible.

Le traitement des suggestions hypnotique est celui que j’ai le plus pratiqué, avec un bon résultat dans la durée. Les progressions en âge sont plus délicates à traiter pour moi, parfois je suis trop en colère pour arriver à imaginer un scénario contraire. Si je réussis cette étape, ça fonctionne bien.

D’autres fois, les mouvements idéomoteurs apparaissent quand je tourne en rond en pensée en cherchant en vain mon propre point de vue sur une question, d’autre fois quand je cherche à mobiliser mon centre mental par exemple pour écrire un texte ou un programme informatique. Dans tous ces cas, l’ego est bien actif, avec en général des hallucinations négatives qui me coupent du monde environnant, mais je ne trouve pas toujours le conflit qui sous-tend tout cela.

Avec l’expérience, je me suis aussi rendu compte que les mêmes causes et enchainements de transes me faisaient me retourner dans mon lit quand je dors moins bien. Maintenant quand je me retourne, je tente de retrouver où j’en étais précisément dans ma pensée pour identifier où se trouve le conflit : c’est souvent un constat de non-conformité de mes actes/pensées à mes valeurs ou à celles de mon environnement. Peut-être y a-t-il un peu d’aile 1 là-dessous. Ça me fait aussi penser à l’évitement de la déviance, car en général je me prends dans ces cas-là en flagrant délit de projection.

D’une certaine manière, ces mouvements idéomoteurs sont une manifestation de l’énergie instinctive qui ne trouve pas d’action juste pour s’exprimer quand le centre instinctif a basculé, et qui s’évacue sous forme de mini-emballement non contrôlé. Des fumerolles du volcan.

Très amicalement,
Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rosso

Bonjour Jérôme, bonjour à tous,

 

Quand j'ai lu cette conversation, il y a quelques jours, j'ai pensé à mes propres mouvements idéomoteurs, à savoir le fait de ronger mes ongles — jamais jusqu'au sang mais suffisamment pour de ne jamais avoir à utiliser un coupe-ongles. Dès que l'ongle dépasse une certaine longueur, genre 1 mm, ça m'énerve et je ronge. Je n'ai pas encore trouvé — en fait pas cherché — les transes qui précèdent.

 

L'autre mouvement idéomoteur récurent depuis mon enfance est la trichomanie ou l'art non pas de tricoter mais de faire des noeuds avec ses cheveux pour finir par les arracher. Heureusement j'en ai beaucoup… :crazy: J'ai souvent essayé de trouver les transes qui précèdent mais sans succès. Par contre à la lecture de cette conversation, j'ai eu un flash et je me suis revue à l'époque où ma maman avait décidé de me mettre dans une chambre seule (vers 5 ou 6 ans) parce qu'elle estimait que je parlais trop avec mes frères et que je les empêchais de dormir. J'ai très mal vécu cette séparation qui a dû déclencher ma false core. Je me souviens qu'à cette époque, je ne touchais pas mes cheveux mais un tissu qui devait jouer le rôle de doudou VIOLET. Je me rends aussi compte en repensant à cette épisode qu'il me reste de la tristesse. Un protocole de pardon à faire… Peut-être qu'une fois cela fait, je conscientiserai mieux mes transes.

 

Bonne journée,
Rosso

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Bonjour à tous,

 

Rosso, je suis heureux de te lire.

 

"Quand j'ai lu cette conversation, il y a quelques jours, j'ai pensé à mes propres mouvements idéomoteurs à savoir le fait de ronger mes ongles - jamais jusqu'au sang, mais suffisamment pour de ne jamais avoir à utiliser un coupe-ongles. Dès que l'ongle dépasse une certaine longueur, genre 1 mm, ça m'énerve et je ronge. Je n'ai pas encore trouvé — en fait pas cherché — les transes qui précèdent."

Je me ronge aussi les ongles depuis toujours, et c’est beaucoup moins conscient que les battements de jambes. Je n’ai pas non plus cherché les transes en amont pour l’instant. Je crois que l’habitude s’ajoute aux transes : une seule fois dans ma vie, sous l’impulsion d’une amie, j’ai arrêté de me ronger les ongles 2 ou 3 mois. J’étais alors gêné par ces trucs durs qui me gênaient au bout des doigts… Le fait de voir des ongles longs chez les autres déclenche en moi des réflexions du style "Ça ne doi(g)t pas être pratique !".

 

Pour les battements de jambe, j’ai oublié de citer des situations où j’hésite entre plusieurs choses à faire, sans savoir par laquelle commencer. Mon analyse est que le centre instinctif trépigne et dépense son énergie dans des mouvements parasites en attendant que le centre mental se réveille et veuille bien décider les priorités. L’inactivité du centre mental est bien entendu liée à l’activation de la compulsion et à des transes en amont, avec un spectre assez large de possibilités.

 

Bonne journée,

Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rosso

Bonjour tout le monde,

 

"Rosso, je suis heureux de te lire."

Merci Jérôme ! :calin: Je me suis enfin décidé à étudier sérieusement l'ennéagramme. Je devrais vais donc poster régulièrement sur ce magnifique outil qu'est ce forum.

 

À très bientôt donc !

Rosso

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fredou

Bonjour Jérôme et à vous tous,
 
Ayant décidé, après une longue interruption, de revenir témoigner en m’efforçant à une auto-observation utile (il serait temps… :surprised:), je reprends cette discussion qui fait écho, et notamment l’hypothèse proposée par Jérôme que je trouve très pertinente :
 

Pour les battements de jambe, j’ai oublié de citer des situations où j’hésite entre plusieurs choses à faire, sans savoir par laquelle commencer. Mon analyse est que le centre instinctif trépigne et dépense son énergie dans des mouvements parasites en attendant que le centre mental se réveille et veuille bien décider les priorités.

 
C’est totalement ce que j’ai pu observer chez moi. C’est, entre autres et dans mon cas, l’habitude de me couper les ongles des pieds… sans coupe-ongles et plutôt le soir sans raison précise. À observer le fonctionnement de mon centre instinctif, c’est vraiment un trépignement ou même une oscillation utilisation-répression (je fais et j’arrête), avec le centre mental sur pause et l’idéation du poisson rouge. :confused:

 

À y penser, il me semble que même si la compulsion n’est pas active, je suis toujours seul dans ces moments (souvent entre 00h et 02h), l’ego est bien présent avec la paresse à m’occuper suffisamment de moi pour aller me coucher et l’oubli (de soi) qu’il est tard et que la nuit va être courte… :thumb_down:

Très amicalement
Frédéric

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour aux 9 et aux personnes intéressées par les 9,
 
"Ayant décidé, après une longue interruption, de revenir témoigner en m’efforçant à une auto-observation utile (il serait temps… :surprised:), je reprends cette discussion."

Oh ben quoi, ça ne fait qu'un peu plus de six ans ! Faut pas dramatiser non plus ! :rofl: Blague à part, cela fait bien plaisir de te revoir ici, Frédéric.

 

"À y penser, il me semble que même si la compulsion n’est pas active, je suis toujours seul dans ces moments (souvent entre 00h et 02h), l’ego est bien présent avec la paresse à m’occuper suffisamment de moi pour aller me coucher et l’oubli (de soi) qu’il est tard et que la nuit va être courte…"

Quand l'ego est là, il est là dans toute son entièreté. Orienté intérieur-extérieur, le 9 évite les conflits intérieurs et les conflits extérieurs. Es-tu sûr qu'il n'y a pas, à ces moments-là, des conflits intérieurs sous-jacents ?

 

Très amicalement

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fredou

Bonjour Fabien et à ceux que les 9 intéressent,

Alors franchement, la notion de conflits intérieurs m’avait totalement échappé. C’est pourtant assez évident ! :surprised:
Et il m’a fallu un peu de temps pour pouvoir l’observer. :confused:
Je me rends compte que c’est peut être le moteur essentiel de la passion : la paresse de remettre en questions mes idées et mes points de vue sur la vie en général.
Dans ces mouvements automatiques c’est effectivement pendant les moments de fatigue où je dois choisir entre deux activités (écrire un mail ou finir un courrier). Le mental hésite, se met en pause, et je pars sur autre chose qui n’a rien d’urgent… se couper les ongles, bouger pour ne rien faire, aller boire sans soif un verre d’eau, se laver les dents une fois de plus, etc. :thumb_down: :thumb_down:

Et puis, oui définitivement, j’en ai pris conscience in extremis l’autre soir après une discussion un peu tendue avec ma mère, qui soit dit en passant a réactivé ma vieille amie la colère, colère que j’ai tant de mal à extérioriser de peur de tout casser :sad: (avec en prime un contact plein de charme avec ma false core :sad: :sad:… maintenant je le sais !).
Bon voilà dont l’autre soir j’étais bien embourbé dans l’évitement du conflit et je me suis retrouvé sans presque m’en rentre compter à maltraiter mes phanères… :beurk:

Bien amicalement,
Frédéric

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"La notion de conflits intérieurs m’avait totalement échappé."

Rassure-toi Frédéric, tu n'es pas le premier ! C'est un des dadas justifié de Patricia qui le répète quasiment à chaque stage. Les ennéatypes du triangle dirigent leurs centres vers l'extérieur et l'intérieur, et donc le 9 évite les conflits extérieurs et intérieurs, le 6 évite la déviance extérieure et intérieure, et le 3 évite les échecs extérieurs et intérieurs même si l'intérieur joue un rôle un peu moins fort du fait du souci de l'image lié au centre émotionnel préféré.

 

Désormais quand tu te surprendras dans de tels mécanismes, tu n'auras plus qu'à chercher le conflit et à t'interroger à son propos.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lighyli

Bonjour à tous,

 

Je viens de tomber un peu par hasard sur cette discussion : bouger les jambes (très exactement comme tu le décris, Jérôme), c'est mon dada… :surprised:

 

Merci beaucoup pour ces observations !

En avançant dans les formations, je commençais à me demander d'où pouvaient bien venir ces mouvements…

 

Surprise en lisant ce post : je suis au boulot et mes jambes bougent beaucoup !!!

 

Je n'ai pas décelé la transe de début, mais une chose est sûre : je suis bien en train de narcotiser en lisant le forum !!!

J'ai un truc compliqué à faire qui nécessite la mise en œuvre pointu de mon centre mental… et il faut croire que j'ai du mal à le faire démarrer… Un câlin à mon ego et je m'y met de suite. :calin: (Je ne suis pas sûr que ce soit mieux que de le combattre, mais je préfère être gentil avec moi-même. :suspicieux:)

 

À suivre, je pense que j'aurai d'autres observations sur ce sujet dans les mois à venir. :wink:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Bonjour à tous, bonjour Lighyli,

 

"Je n'ai pas décelé la transe de début, mais une chose est sûre : je suis bien en train de narcotiser en lisant le forum !!!"

Je ne suis pas souvent arrivé à identifier la transe initiale directement. Je me pose plus la question du conflit qui est en train d'affoler mon ego, et j'arrive souvent à le trouver.

 

Je traite alors la transe qui me semble à l'origine de cette perception de conflit, souvent une auto-suggestion, une régression en âge ou une progression en âge. C'est bien plus efficace que de traiter le mouvement idéomoteur lui même.

Un rappel de moi m'aide aussi à reprendre contact avec mon corps, ce qui limite ces mouvements souvent inconscients.

 

"Je ne suis pas sûr que ce soit mieux que de le combattre, mais je préfère être gentil avec moi-même."

Combattre l'ego est en effet souvent vain, mais chez le 9 être gentil avec soi-même peut aussi être une façon de laisser carte blanche à l'ego. :wink:

 

Bonne journée et à bientôt,

Jérôme

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×