Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Stéphanie Auxenfans

Contrepassion

Recommended Posts

Stéphanie Auxenfans

Bonjour,

 

Je souhaiterais témoigner sur la contrepassion du 3.

 

Ces derniers temps, lorsque je voyais deux amis (7 et 5), je ne participais presque plus à leur conversation. J'étais présente mais je n'intervenais quasi jamais, ce qui ne me ressemble pas du tout. J'écoutais et j'observais.

 

J'avais depuis quelque temps découvert et intégré la notion de "Non Dualité" et je croyais vivre cet état. J'avais le sentiment que me amis avaient chacun "une vérité" qu'ils échangeaient et souvent s'opposaient et lorsqu'ils me demandaient mon avis, je pouvais comprendre ou plutôt entendre les deux vérités sans en choisir une. Ce qui je crois les énervait profondément. Cette notion de "Non Dualité", me parle beaucoup, j'espère que ce n'est pas par confort. Elle me permet à certains moments de dépasser la dichotomie qui était très présente chez moi (du à un BLEU très fort), elle me permet de prendre du recul, d'avoir une vision plus ouverte et moins figée et sortir du bien et du mal (ce qui n'était pas une mince affaire).

 

Ayant ré-ouvert le contenu du stage Néti Néti, je crois que j'étais dans ma contrepassion, "la retenue". Le titre "effacement", la contrepassion du 2 me parle aussi, mais pas la définition qui y est associée.

 

D'autre part, je vivais de nouvelles expériences que j'avais du mal à leur partager, de peur qu'ils se moquent de moi. En fait, je crois que j'étais dans la retenue avec eux particulièrement car j'avais été blessée par des moqueries reçues (concernant en autre ma répression du mental et mon type 3) et par une supériorité mentale affichée. Cette retenue avait donc pour objectif inconscient (il me semble, mais pas tant que ça si je réfléchis bien) de ne pas subir de railleries et de me protéger d'une incapacité à me faire comprendre, à partager pleinement une autre expérience et donc d'un échec.

 

Ce qui m'interpelle, c'est que j'ai l'impression que c'est surtout avec ces deux amis que j'ai pratiqué la retenue. Mais si je suis dans la contrepassion, n'y suis je pas tout le temps et avec tout le monde ?

 

Amicalement.

 

PS : Je parle au passé, pas avec la conviction que cela ne m'arrive plus, mais pour ne pas créer quelque chose qui perdure, pour laisser la possibilité que ça change, que ça évolue. Je positivisme en ce moment. :hautetfort:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Stéphaniebtz,

 

Bienvenue sur ce forum. C'est un plaisir en soi de te lire, et le fait que ce soit un témoignage de 3 l'accroît encore puisque nous manquons un peu de participation de la part de cet ennéatype.

 

"J'avais depuis quelque temps découvert et intégré la notion de 'Non Dualité' et je croyais vivre cet état."

Il y a là une confusion de niveau, renvoyant aussi au stage Néti Néti. L'état de non-dualité est celui du niveau VIDE. Il ne remplace pas les autres niveaux (ego, essence, etc.), il s'ajoute à eux. Certes, la connexion à la non-dualité change la manière dont nous nous exprimons dans le monde, mais il ne dissocie pas du monde.

 

Tu aurais pu vivre cet état mais si on le vit seul, on remplace, selon les termes de Stephen Wolinsky, un ego psychologique par un ego spirituel. Et on n'a rien gagné au change !

 

"Ayant ré-ouvert le contenu du stage Néti Néti, je crois que j'étais dans ma contrepassion, la retenue."

Ce que tu décris est effectivement certainement la contrepassion, et non la non-dualité. C'est un des gros pièges que tous les états siprituels ont leur équivalent égotique.

 

"Mais si je suis dans la contrepassion, n'y suis je pas tout le temps et avec tout le monde ?

La contrepassion est la généralisation à tous les ennéatypes de la contrephobie du 6. Comme la contrephobile pour lui, la contrepassion peut être vécue seulement à certains moments, avec certaines personnes et dans certains contextes.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Laurecd

Bonjour,

 

Comme dans les réunions d'AA, je me présente : je m'appelle Laure, et je suis 3.

 

J'ai vécu la majeure partie de ma vie désintégrée en 9 et, pour bien renforcer l'édifice, en identification à mon père de type 9. Je viens de découvrir ma contrepassion (qui, bien entendu, complète à merveille une désintégration en 9) et j'ai l'impression de toucher enfin à ce qui cloche chez moi : c'est l'état de contrepassion quasi permanent dans lequel je me trouve, et qui signe aussi l'arrêt de mort de mon orientation de 3. Parce que je passe ma vie à essayer d'être "quelqu'un de bien" (c'est-à-dire ne surtout pas être 3, qui est un type implicitement rejeté par mon milieu et les ennéatypes de mes parents — père 9 donc, et mère 7) et que la contrepassion de retenue me donne l'illusion d'accéder à une certaine grandeur d'âme, je nie mon ego avec une rare brutalité. Tout ce qui est 3 en moi se prend des coups de massue sur la figure à la moindre manifestation. De la retenue, de la retenue, que diable ! Vous dites, Fabien, que "la contrepassion est la généralisation à tous les ennéatypes de la contrephobie du 6. Comme la contrephobie pour lui, la contrepassion peut être vécue seulement à certains moments, avec certaines personnes et dans certains contextes" mais, à peu de chose près, il me semble que je suis en état de contrepassion perpétuel, que ma vie n'est qu'un long combat contre mon ego et mon orientation de 3. Je passe mon temps à m'observer, à me surveiller, à me nier, parfois même à m'imposer des conduites radicalement contre-intuitives. Tout cela pour dire que je me demande si la contrepassion est quelque chose que l'on s'impose consciemment, en rejet de son énnéatype, ou bien si n'est qu'une réaction automatique de défense, lorsque la false core est attaquée, par exemple. Pardon si je m'exprime de manière tarabiscotée : contrepassionnée ou non, il me reste toujours la peur panique de mal faire…

 

Très amicalement!

Laure

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Laure,

 

Bienvenue sur ce forum. Cela fait plaisir de t'y lire et cela fait aussi plaisir d'avoir un nouveau 3, l'ennéatype étant peu représenté ici.

 

"Il me semble que je suis en état de contrepassion perpétuel."

C'est rare, mais ce n'est pas impossible.

 

"Tout cela pour dire que je me demande si la contrepassion est quelque chose que l'on s'impose consciemment, en rejet de son énnéatype, ou bien si n'est qu'une réaction automatique de défense, lorsque la false core est attaquée, par exemple."

Les deux cas sont possibles. J'ai vécu la contrepassion de mon ennéatype au moment où j'ai découvert l'Ennéagramme et où j'ai consciemment voulu me débarrasser des aspects négatifs du 7 : plus de superficialité et de gloutonnerie, juste de l'austérité ! Je l'ai aussi vécu suite à une déception sentimentale qui m'avait fortement confronté à ma false core.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aurolaf

Bonjour Laure,

 

BIENVENUE sur ce forum : je suis vraiment heureuse de t'y lire !

 

Je profite de l'apparition de Laure pour faire mon mea culpa et dire que j'ai parfois, sur ce forum, cité une amie 9… Il se trouve que cette 9 était en fait une 3 !

 

"Tout cela pour dire que je me demande si la contrepassion est quelque chose que l'on s'impose consciemment, en rejet de son énnéatype, ou bien si n'est qu'une réaction automatique de défense, lorsque la false core est attaquée, par exemple."

Je te répondrai, comme Fabien, que j'ai personnellement vécu les deux. Rejet de mon type et je suis tombée dans ma contrepassion de circonspection : j'ai longuement témoigné sur ce sujet ! Et lorsque ma false core a été attaquée violemment, suite à mes conditions de vie, je suis tombée durablement dans ma contrepassion et me suis mise à démontrer ma false core (tu as d'ailleurs été un des témoins de cette descente aux enfers !).

 

À l'avenir, j'espère lire souvent tes témoignages de 3… :hautetfort:

Bien amicalement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Laurecd

Bonjour,

 

Merci Fabien et Aurore pour vos réponses et votre accueil ! Je ne connais que les bases de l'énnéagramme, et j'ai conscience que je manie encore très maladroitement tous ses concepts. De plus, je suis brouillon, j'organise mal mes idées et j'écris toujours au fil de la plume. J'en ai honte, et il m'est un peu difficile d'exposer ces faiblesses au grand jour sur un forum d'initiés (je viens de lire pas mal de témoignages de tous les types et, face à tous ces argumentaires bien construits, ma première réaction est : "Oh, je suis nulle, ils vont tous voir combien je suis nulle." Mais comme j'ai décidé de travailler sur mon ego, je me dis aussi : "Tant pis, je prends le risque d'être nulle et de passer pour une idiote." Pour moi, un gros progrès ! Oui, un gros progrès de prendre le "risque" de passer pour une idiote sur un forum où, objectivement, cela ne peut pas arriver…).

 

La contrepassion d'inertie m'est très parlante, mais là encore, je ne suis plus si sûre de moi lorsque je parle "d'état quasi perpétuel". Il me semble surtout que ma false core est très souvent mise à rude épreuve, et je perçois confusément, comme je l'ai lu dans un commentaire de Fabien, que c'est l'activation — consciente ou non — de ma contrepassion qui me permet de survivre. Je me coupe un bras pour sauver mes jambes…

 

Amicalement à tous,

Laure

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sevan

Bonjour Laure,

 

Tu verras ma réponse sur ton très beau et fort témoignage, en même temps je t'écris ici que personnellement, je trouve tes messages clairs et ton style vivant.

 

J'espère te lire de nouveau très bientôt !

 

Amicalement,

Sevan

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stéphanie Auxenfans

Bonjour à tous,

Suite au billet “Moulin à paroles” dans le blog Et à l’aurore, je m'interroge.

Il m'arrive parfois de me rendre compte que j'active mes mains en même temps que je parle. La dernière fois, c'était rétrospectivement en repensant à un échange que j'avais eu. Et je me suis dit : "Mince… Je ne m'en suis pas rendu compte sur le moment. Je n'aurais pas dû le faire."

Ma question est : est ce que si je m'empêche de bouger les mains pendant que je parle, je suis dans la contrepassion du 3, la retenue ? Ou est ce que c'est OK si je le fais du moment que c'est en conscience ?

Merci et belle journée,
Stéphanie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Stéphanie,

"Ou est ce que c'est OK si je le fais du moment que c'est en conscience ?"
Si c'est en conscience, c'est forcément OK. De bouger les mains ou de t'empêcher de le faire.

Si tu pratiques les exercices de présence du stage Essence, tu ne devrais plus éprouver le besoin irrépressible de bouger les mains. Sinon avec les exercices d'Éveil, il faudrait trouver la transe précédant les mouvements idéomoteurs et la déstructurer.

Très amicalement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stéphanie Auxenfans

Bonjour à tous,

 

Fabien, je viens de lire ton article sur la contrepassion. Je me demande qu'est ce qui fait que certains types sont plus à dominante passionnelle et d'autres à dominante contrepassionnelle?

 

D'autre part, est ce que la contrepassion s'applique à la fixation ?

 

Je vous donne un exemple. J'adore voyager et découvrir de nouveaux pays. Après introspection, je me suis rendu compte que j'étais dans la vanité totale quand je listais "les nombreux" pays dans lesquelles j'avais voyager. Après la découverte de cet horrible comportement (j'ai mis du temps à trouver des exemples de vanité, je me croyais très humble, oui, oui, je vous assure :beurk:) que je ne voulais plus avoir, je me suis observée. Je me suis vu commencer à dire que j'adorais voyager et j'ai vu le moment où j'allais démarrer mon show. Et je me suis retenue, je n'ai rien dit. J'ai jouer la carte de l'humilité. Je suis persuadée que j'étais en contrepassion, car j'ai revécu cette situation plus tard et j'ai pu parlé des endroits où j'avais voyagé sans fierté, sans supériorité juste avec plaisir de partager.

 

Laure, je te rejoins totalement. Voilà cinq ans que j'ai découvert l'ennéagramme et c'est seulement aujourd'hui que je me lance sur ce forum, après de nombreux moments où je me suis dit que j'y allais, et puis "Oh non, de toute façon qu'est ce que je vais dire ? Je vais dire des conneries et être prise en flagrant d'échec devant tout le monde, HAAAA… Et puis mes idées ne sont pas claires, et puis j'écris très mal, et puis je n'apporterais rien de nouveau, et puis ce que je veux dire a déjà été dit…" Et puis je n'avais d'idées précises. Par contre quand je lisais des messages, je me disais "Oh oui moi aussi je vis ça, je pourrais dire ça…" J'imagine qu'il y a avait aussi de l'identification. :blush:

Bref, bravo à nous d'être là (sans complaisance), juste je valorise ce qui peut l'être.

 

Concernant la contrepassion, je crois aussi (mais ce n'est très clair) l'avoir vécue des deux façons : plus ou moins consciemment en voulant être mieux, en me servant des informations apprises en Ennéagramme, et, il me semble aussi, en voulant aussi éviter la false core.

 

Une autre chose a résonné pour moi dans tes messages : "Il me reste toujours la peur panique de mal faire." Je ne sais pas si c'est propre au 3, mais j'ai ressenti toute ma vie la peur de ne pas dire ce qu'il faut, de ne pas donner La bonne réponse, de ne pas faire ce qu'il faut, avec ce qui est le plus dur à dire, la conscience de vouloir plaire à l'autre et de dire ce qu'il voudrait entendre. C'est horrible de vivre ça et de le reconnaître aussi. De reconnaître que je ne suis pas moi dans ces cas-là, que je manque d'affirmation, que je suis une mendiante d'Amour.

 

Merci.

Stéphanie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yves

Bonjour à tous,

 

Stéphanie et Laure, j'ai été très touché par les émotions exprimées dans vos messages. :thumb_up: J'aimerais compléter vos témoignages avec un autre.

 

Ces derniers temps, lorsque je voyais deux amis (7 et 5), je ne participais presque plus à leur conversation. J'étais présente mais je n'intervenais quasi jamais, ce qui ne me ressemble pas du tout. J'écoutais et j'observais.

J'ai toujours constaté cette retenue chez mon oncle 3 alpha à aile 4 (le frère cadet de mon père 9), pendant que je discutais avec ma tante 6 alpha. Elle et moi discutions souvent d'injustices dans notre famille ou dans notre société. Mon oncle, lui, nous laissait parler sans intervenir. Puis il se levait et débarrassait la table, faisait la vaisselle, nettoyait, rangeait la cuisine, toujours en mouvement, seul et silencieux. Pourtant je le savais très sensible aux injustices que nous déplorions, ma tante et moi ! Il manquait de confiance en lui. Il vivait la contrepassion du 3. Celle-ci était-elle renforcée par son évitement des conflits (avec ma tante), et son oubli de soi (désintégration en 9) ? Je ne sais pas. En tout cas, je regrette de n'avoir pas davantage essayé de l'inclure dans notre conversation. :sad: Au fait, cela m'intéresserait de savoir comment la contrepassion d'un 3 mu se conjugue à une désintégration en 6.

 

Pendant que mon oncle faisait tout le boulot, mon centre instinctif, lui, était fort aise. Restant tapi sous la table, il laissait mon centre émotionnel réclamer sans cesse un secours à mon centre mental dans cette discussion avec ma tante. Je n'avais pas conscience de ma tristesse, née de l'oubli de soi de mon oncle : je n'accédais pas à mon centre intuitif. Cette tristesse faisait écho à ma vieille tristesse face à l'oubli de soi de mon père 9. Ma tante était la proie d'une grande agitation, mélange de peur et d'indignation sourde devant les injustices évoquées. Quant à moi, face à sa peur et à sa colère, j'étais submergé par l'angoisse d'être envahi par un tsunami d'émotions incompréhensibles, parmi lesquelles la tristesse, la confusion et la peur de ne pas savoir comment réagir. :confused:

 

En fait, je crois que j'étais dans la retenue avec eux particulièrement car j'avais été blessée par des moqueries reçues (concernant en autre ma répression du mental et mon type 3) et par une supériorité mentale affichée. Cette retenue avait donc pour objectif inconscient (il me semble, mais pas tant que ça si je réfléchis bien) de ne pas subir de railleries et de me protéger d'une incapacité à me faire comprendre, à partager pleinement une autre expérience et donc d'un échec.

Quand mon oncle exprimait un avis (c'était rare), il le faisait avec fougue. Ce réveil me ravissait d'abord :happy:, puis m'inquiétait. :confused: Si ma tante ne trouvait pas l'avis de mon oncle sensé, alors elle le rabrouait violemment. Le mutisme de mon oncle lui permettait d'éviter de se sentir humilié.

 

Amicalement,

Yves

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Au fait, cela m'intéresserait de savoir comment la contrepassion d'un 3 mu se conjugue à une désintégration en 6."

Désintégration en 6 égale peur plus doute. Cela ne peut que renforcer la contrepassion de retenue, non ?

 

Comme cela me semble assez évident, c'est moi qui ai un doute, là, et me demande si j'ai vraiment compris la question ?

 

"Pendant que mon oncle faisait tout le boulot, mon centre instinctif, lui, était fort aise. Restant tapi sous la table, il laissait mon centre émotionnel réclamer sans cesse un secours à mon centre mental dans cette discussion avec ma tante."

Ce n'est pas le sujet de cette discussion, mais en termes de hiérarchie des centres, c'est plutôt l'inverse. Pour un 5 alpha, le centre émotionnel est en support du mental. Il donne vraisemblablement son soutien au centre mental pour accroître le plaisir de la discussion avec ta tante. C'est là le problème du centre de support : il aide le centre préféré, plutôt que de s'occuper de la réalité, à savoir ici la tristesse de ton oncle.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...