Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Pat31

Mes colères chaudes

Recommended Posts

Pat31

Bonjour,

À force de vouloir me montrer gentil, conciliant et compréhensif (cela m'a valu et me vaut encore bien des problèmes dans le domaine professionnel), je suis sujet à des colères chaudes (qui surviennent en famille uniquement) qui me font perdre le sens de la mesure.

Nous avons donc passé un "contrat" avec ma compagne : si la colère éclate, je dois quitter la maison, ou c'est elle qui peut s'en aller pour avoir la paix !

N'hésitez pas à me donner des conseils de "stratégies anti-colère", si vous le souhaitez. Cela pourra m'aider (merci par avance).

Très chaleureusement à vous, :happy:

Patrick

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aurolaf

Bonjour Patrick,

 

Bienvenue sur ce forum.

 

Je ne suis pas 1 et je réponds à ta question puisque je suis 8 et coutumières des colères énormes. Autant te dire que travailler sur la colère pour un instinctif préféré prend du temps… Beaucoup de temps… Et qu'il faut de la patience, beaucoup de patience.

 

Depuis mes débuts en ennéagramme, j'ai appliqué deux stratégies :

  • La stratégie long terme : travailler sur soi en amont de la colère, ce qui implique de bien se connaître, d'avoir repéré ses mécanismes égotiques notamment qui provoquent cette colère et d'appliquer une hygiène de vie très stricte (rappel de soi, ménager des pauses dans la journée, sport , sophro ou n'importe quelle activité qui te reconnecte au corps et canalise l'énergie.).
  • La stratégie court terme pour les cas où ma colère déborde quand même :
    • Techniques respiratoires (pour les cas où la colère est relativement légère) ou le changement de position corporelle (que tu apprendras dans le stage Centres).
    • Le punching ball (qui permet d'éviter le pétage de porte ou les assiettes volantes)… Je sais que cela parait ridicule, mais c'est extrêmement efficace (c'est mon fils 4 qui m'a demandé un jour un punching ball. Du coup, je m'en sers également… parfois !).
    • Quitter la maison (comme tu le suggères). Toutefois, afin d'éviter de ruminer la colère, il me parait important de ne pas simplement quitter la maison, mais d'y associer un élément pour libérer l'énergie de la colère (genre faire trois fois le tour du pâté de maison en courant — à adapter en fonction de tes goûts et ton environnement — ou écrire cette colère) et pour apaiser ensuite (techniques de relaxation) avant de rentrer au bercail.

À mes débuts en développement personnel, je notais sur un petit carnet mes grosses colères et je cherchais ce qui avait pu les déclencher. Cela m'a aidé à prendre conscience de mes automatismes égotiques. L'auto-observation est un pré-requis indispensable à toute stratégie anti-colère.

 

Amicalement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Patrick et Aurore (par ordre d'entrée en scène),

 

Je crois que la problématique de la colère est beaucoup plus difficile à gérer pour un 1 que pour un 8, car pour éviter le Charybde de la passion, il risque de tomber dans le Scylla de la compulsion… et réciproquement !

 

Aussi, quand tu cherches, Patrick, des "stratégies anti-colère", je ne sais pas si c'est une demande égotique ou un souhait de connexion à l'essence, et je crains que ces stratégies ne soient en fait que de la formation réactionnelle. C'est pourquoi, je souscris en priorité à l'affirmation d'Aurore qu'il faut "travailler en amont de la colère" : quand est-ce que la colère est justifiée et quand est-ce qu'elle n'est qu'une expresion du perfectionnisme ? Dans le premier cas, il est légitime de la ressentir et souhaitable de trouver le moyen approprié de l'exprimer ; dans le second, il s'agit de diminuer la fixation de façon à ce que la colère ne soit plus vécue intérieurement.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pat31

Bonjour Aurore, bonjour Fabien,

 

Un grand merci pour vos réponses et pour vos conseils par rapport à la colère.

Je suis tout à fait OK avec cette idée qu'il faut travailler en amont de la colère (sur la physiologie, sur le mental, sur les causes…).

Mon souci est de préserver la relation avec Isabelle, ma compagne, qui en a marre de mes "dérapages". C'est important aussi d'apprendre à gérer les difficultés professionnelles (la colère n'est que le déplacement de la "frustration" au mauvais endroit et avec la mauvaise personne).

Très chaleureusement à vous, Patrick :happy:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Mon souci est de préserver la relation avec Isabelle, ma compagne, qui en a marre de mes 'dérapages'."

Dans ce cas, il n'est effectivement pas possible de se contenter des solutions à long terme…

 

Une idée pourrait être de prévoir un sas de décompression entre le travail et la maison : passer dans une salle de sport (c'est moi qui dis ça ? :perplexe:), écouter une cassette de relaxation (soit pendant le trajet de retour si tu utilises les transports en commun, soit avant de partir du travail si tu es en voiture), dire à haute voix tout ce qui t'a énervé dans la journée sans hésiter à crier et être grossier (dans ta voiture ou en rentrant chez toi, seul dans une pièce), etc.

 

Une autre est bien entendu d'arriver à exprimer au travail tes sources de mécontentement d'une manière qui soit sûre pour toi : apprendre à être factuel, à dire je, etc. Tu peux dans un premier temps préparer les messages, les dire devant ta glace pour apprendre à le faire de manière émotionnellement contrôlée, puis passer à l'acte quand tu te sens capable de le faire "pour de vrai".

 

Une suggestion pour Isabelle : quand Patrick se met en colère, comme vous savez que ce n'est pas réellement après vous, le regarder dans les yeux et lui dire que vous l'aimez ; il n'y a pas beaucoup de colères qui résistent à cela !

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pat31

Bonjour à tous,

 

Et d'abord un grand merci à Fabien pour ces précieux conseils qui me permettront de gérer mes colères. D'abord sur le court terme (relaxation, salle de sports), puis sur le moyen et sur le long terme.

 

Je suis conscient de traverser une "période professionnelle particulière" (je préfère éviter les termes négatifs), étant en recherche d'une nouvelle activité plus épanouissante et plus conforme à mes besoins fondamentaux. Je suis aujourd'hui fonctionnaire territorial (depuis 12 ans) travaillant dans une collectivité, mais je n'arrive pas à "trouver mes marques" dans mon poste actuel, et je m'interroge sur les possibilités d'une reconversion (malgré mon grand âge de 53 ans !). C'est la raison pour laquelle j'ai décidé de me lancer dans un parcours de formation en Ennéagramme et en PNL dans quelques mois. Cela me permet d'approfondir ma connaissance de soi et des autres.

 

Très chaleureusement à tous, Patrick.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pat31

Bonjour à tous,

 

Le printemps est arrivé… et ma colère est passée.

Ce n'est évidemment pas si simple que cela, mais je la considère différemment.

Savoir que ma personnalité est du type 1 et que je cherche à éviter les conflits (au travail) de par mon aile de type 9 m'aide à prendre cette nécessaire et salutaire distance.

Très chaleureusement,

Patrick

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Patrick,

 

"Je la considère différemment."

C'est une étape importante qui, comme tu le dis, crée de la distance avec le problème et le relativise.

 

"Savoir que ma personnalité est du type 1 et que je cherche à éviter les conflits (au travail) de par mon aile de type 9 m'aide à prendre cette nécessaire et salutaire distance."

L'aile 9 n'est pas nécessaire pour expliquer l'absence de colères au travail : compulsion et mécanisme de défense du 1 suffisent. C'est classique chez le 1 de manifester plus de colère envers les membres de sa famille — conjoint et enfants spécialement —, simplement parce qu'il est plus attaché à les faire progresser. Bref, là, colère égale intérêt, voir amour (Isabelle, je vous jure que Patrick ne m'a payé pour écrire cela ! :perplexe:).

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isa63

Bonjour à tous et merci à Patrick pour son témoignage sur la colère du 1

 

Savoir que je suis de type 1… Quel soulagement après le stage Bases de pouvoir me dire : "Ouf, je ne serai jamais parfaite !" Sous-entendu : je peux donc m'accorder des choses imparfaites sans m'en vouloir et sans conséquences sur le monde (stage Centres) !!!

Et du coup, être moins en colère contre moi même !!

 

Quant aux "colères chaudes" du 1, ce qui est le plus efficace pour ma part, c'est pouvoir faire le vide intérieur (de toutes ces tensions qui s'apparentent à la colère) par la pratique d'un sport ; chaque séance s'apparente à une séance de méditation ; la satisfaction est multiple : d'abord cela génère calme et patience (travail en amont de la colère ?), puis concentration et élimination des pensées parasites (cela va de pair, je crois !), et enfin satisfaction d'une séance bien menée et amélioration des résultats.

 

Isabelle

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×