Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Gilou

Les trois centres sont-ils déjà déséquilibrés chez le bébé ?

Recommended Posts

Gilou

Voici six semaines que mon bébé a vu le jour. :hautetfort: Pour un couple de 5 (alpha et mu), quel changement (à l'abri des hautes haies qui cachent notre maison dans ce village difficile d'accès) !
En 5 qui se respecte, j'ai mis du temps à m'engager dans ce type d'aventure. Mais, une fois engagé, j'essaie d'assumer à fond. :proud: Je fais partie de ces 6 % (paraît-il) d'hommes à avoir modifié leur emploi du temps pour m'occuper de mon bébé (Fantin). Du coup, j'ai du temps pour observer mon petit. Et m'interroger, bien sûr !
Qu'est-ce que l'Ennéagramme a à nous dire sur les bébés ? Je n'en sais trop rien, hormis les questions qui se posent sur l'inné et l'acquis. Je sens confusément qu'on doit aussi toucher à l'Essence… Je me questionne surtout sur l'équilibre des centres. Il me semble avoir entendu ou lu que les bébés se situaient presqu'entièrement dans le centre instinctif. Je ne sais pas si c'est une idée dominante dans la communauté de l'Ennéagramme… En tout cas, mes observations ne me portent pas à ce constat !
Allons-y !
Je voudrais tout d'abord mettre le temps de sommeil à part, pour l'instant. J'y reviendrai.
Certes, l'utilisation du centre instinctif est particulièrement visible (et audible ! :beurk:). Tant qu'ils ne sont pas satisfaits ou en cours de l'être, les besoins physiologiques dominent tout, quasi exclusivement. Et c'est vrai que le nourrisson mange souvent et demande pas mal à bouger Admettons, tout à fait partialement, que cela représente un tiers du temps.
Quid du reste ?
D'abord, on connaît depuis un certain temps les besoins affectifs du nouveau-né. Et cela m'apparaît très clairement au quotidien. Il a besoin des bras de ses parents, de leur parole, de sécurité (affective autant que physiologique), etc. Bref, il a besoin d'amour ! :kiss2: Je crois que cette utilisation du centre émotionnel n'est pas secondaire. Prenons l'exemple du bain. Fantin y prend un plaisir extrême. Le centre instinctif est activé, il est envahi de sensations puissantes. Mais il est aussi, et en même temps, envahi d'émotions. Les émotions, à présent qu'il sait qu'il va être baigné, précèdent les sensations et leur succèdent aussi.
Pour la plupart, ce n'est pas une surprise. Ce qui me surprend le plus, c'est l'utilisation du centre mental. Fantin passe beaucoup de son temps d'éveil très calmement. Le matin, il adore passer une petite heure tout seul dans son transat. En journée, il aime bien qu'on se ballade. Le soir, il aime rester dans les bras. Il a dans tous les cas les yeux bien ouverts, et il pense. Ne me demandez pas à quoi il peut bien penser ! Mais il pense, cela, j'en suis sûr ! Il n'aime d'ailleurs pas être dérangé dans ces moments… On sait bien que le cerveau du tout-petit est en construction permanente. Il faut bien que l'activité mentale se fasse elle-aussi… Prenons l'exemple de la promenade. Fantin aime qu'on marche, lui dans mes bras, mais devant. Il lui faut voir. Le centre instinctif est activé (besoin de mouvement), l'émotionnel aussi. Mais le mental est fortement actif, comme s'il analysait l'environnement. :perplexe:
Enfin, reste la plus grande partie du temps : le sommeil… Évidemment, c'est un besoin physiologique. Mais on sait maintenant qu'il est un moment mental très fort, où l'enfant traite le vécu de la journée. J'imagine aussi qu'il a la même importance pour le traitement des émotions.
J'ai donc l'impression que chez le nouveau-né, les trois centres sont assez bien équilibrés, pour peu que la sécurité du bébé soit assurée (après, j'imagine qu'on entre dans la constitution des sous-types). C'est mon hypothèse. Je sais bien que la théorie veut que le centre préféré soit inné, donc qu'il y ait un déséquilibre dès le départ. Est-ce que les gens qui ont eu des bébés ont cette même impression ? Qu'en est-il des éventuelles recherches scientifiques ?
En tout cas, j'espère vous avoir donné un assez bon exemple de style de communication (traité) du type 5 !

Cordialement,
Gilles

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Gilles,

Tout d'abord, toutes mes félicitations à toi et à la maman, et longue et heureuse vie au petit Fantin ! :calin:

"Qu'est-ce que l'Ennéagramme a à nous dire sur les bébés ?"
Un certain nombre d'hypothèses.

L'Ennéagramme considère que l'être humain débute son parcours dans l'essence et ce sont les contraintes de l'existence qui provoquent la naissance de l'ego.

Dans l'essence, il reste une hiérarchie des centres. Par exemple, un 5 connecté à son essence garde une préférence pour le mental, comme le manifeste bien son idée supérieure d'omniscience. Sinon, la notion d'ennéatype disparaîtrait dans l'essence, ce qui n'est pas le cas. Ceci est l'objet du niveau Je suis voir la discussion : "Comment savoir si quelqu'un est dans son essence ?" et surtout le stage Néti Néti.

La question se pose de quand se fait la création de l'ego. Certains pensent que cela a lieu dès la grossesse ; d'autres comme Stephen Wolinsky estiment que cela se produit quand l'enfant réalise qu'il est un être distinct de sa mère. Intellectuellement, cette dernière hypothèse fait sens, mais je ne suis pas certain qu'elle soit conforme aux faits. En effet, dès la naissance, un enfant manifeste des traits qu'il est assez aisé de faire correspondre aux ennéatypes : serait-il possible que cet article ait échappé à l'oeil d'un 5 ? :tongue:

"Il me semble avoir entendu ou lu que les bébés se situaient presqu'entièrement dans le centre instinctif. Je ne sais pas si c'est une idée dominante dans la communauté de l'Ennéagramme… En tout cas, mes observations ne me portent pas à ce constat !"
Je suis entièrement d'accord là-dessus. Il me semble que les trois centres fonctionnent dès le début, mais que l'instinctif (sous la forme de l'instinct de conservation) est le plus visible de l'extérieur.

"Prenons l'exemple du bain. Fantin y prend un plaisir extrême. Le centre instinctif est activé, il est envahi de sensations puissantes. Mais il est aussi, et en même temps, envahi d'émotions. Les émotions, à présent qu'il sait qu'il va être baigné, précèdent les sensations et leur succèdent aussi."
Même si je suis d'accord sur le fond, cela ne me semble pas une preuve. Ce qui précède le bain pourait être une anticipation du plaisir interprétable comme un réflexe pavlovien. A ce niveau d'existence (BEIGE puis VIOLET), un enfant apprend ainsi d'abord par accoutumance, puis par conditionnement pavlovien.

"On sait bien que le cerveau du tout-petit est en construction permanente. Il faut bien que l'activité mentale se fasse elle-aussi…"
Totalement d'accord.

"J'ai donc l'impression que chez le nouveau-né, les trois centres sont assez bien équilibrés."
Je n'ai pas compris en quoi ce que tu disais impliquait qu'il y ait équilibre des centres.

Très amicalement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aurolaf

Bonjour Gilles et Fabien,

 

Voilà un sujet bien passionnant !

Bravo Gilles de commencer si tôt l'observation de ton chérubin : en général à six semaines, on est encore submergé par les réveils nocturnes et la panique de l'arrivée d'un premier enfant ! :thumb_up:

 

Un première remarque, lorsque tu écris "Certes, l'utilisation du centre instinctif est particulièrement visible (et audible !), j'ai envie de te répondre : pourquoi les pleurs d'un enfant ne seraient-ils pas également l'expression de son centre émotionnel ou mental ? Pleurer est le seul mode de communication du bébé. Les pleurs peuvent être l'expression du centre instinctif (besoin physiologique ou trop plein de sensations), du centre mental (expression d'une peur) ou du centre émotionnel (trop plein d'émotions).

 

Mise à part cette remarque, je vais te faire, en bonne instinctive, une réponse s'appuyant sur des exemples concrets ! J'observe les types de mon fils cadet depuis sa naissance et de mon fils aîné depuis qu'il a deux ans.

 

Mon fils aîné (un 4) a manifesté, dès son deuxième jour, la préférence pour son centre émotionnel en pleurant quasiment non-stop pendant trois mois afin d'évacuer son trop-plein d'émotions. L'interprétation de ses pleurs n'est que pure supposition, mais je pense, avec cinq ans de recul, que les pleurs de cet enfant n'étaient que le miroir de mon propre stress par rapport à la maternité et aux circonstances difficiles de sa naissance.

Il a également toujours mal réagi aux transitions (mêmes mineures) en pleurant (manifestation de ses émotions).

Cette interprétation n'est possible qu'avec du recul et la connaissance de son type.

 

Mon cadet (un 7 probable) a toujours été un petit observateur. Chez lui les transitions génèrent une longue période d'observation (alors que les mêmes phénomènes provoquaient les pleurs de l'émotionnel). Le centre instinctif s'est également manifesté très tôt avec des capacités motrices étonnantes (épuisantes ? :surprised:).

Mon hypothèse est qu'il a un centre émotionnel réprimé car c'est le dernier à être utilisé.

 

Pour ces deux enfants, je n'ai jamais eu l'impression d'un équilibre des centres, même si les trois centres fonctionnent effectivement dès le départ (et sans doute également in utero). Le centre préféré était bien visible dès le début (mais oh combien difficile à détecter !).

 

Ce qui serait extraordinairement intéressant, ca serait de comprendre comment se construit la répression d'un centre qui est supposée acquise contrairement au type de base qui est inné.

 

Par exemple, il n'est pas étonnant que mon petit 7 ait un émotionnel réprimé avec deux parents à l'émotionnel réprimé. J'ai toutefois la naïve croyance que cette répression sera moindre par rapport à d'autres personnes (ayant un E réprimé), car il a un frère émotionnel et que je fais un effort constant pour me connecter moi-même à mon centre émotionnel.

Je pense que si je n'avais pas connu le modèle de l'ennéagramme, la répression émotionnelle de cet enfant aurait pu être plus grave (à moins que je ne sois en flagrant délit de toute puissance de 8 !).

 

Pourquoi mon petit 4 tend-il vers un instinctif réprimé (bon, ça reste encore à prouver comme je l'exprime dans cette conversation !) ? Il a une mère instinctive avec un fort mental et un père mental avec un très fort instinctif ? Pour quoi réprimer l'instinctif plutôt que le mental ?

Se pourrait-il que sa nounou (qui l'a gardé pendant trois ans) ait contribué à cette répression à force de lui dire "ne bouge pas", "ne cours pas", "attention, ne grimpe pas, tu vas tombe", etc. ?

 

Si la répression d'un centre est acquise, elle est forcément le résultat d'un environnement, non ?

 

Bonne continuation dans tes observations !

 

PS : :sorry: oh pardon Fabien, j'ai salement dépassé mon quota du jour ! Promis, demain je ne poste pas !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...