Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu
Harper

Communication écrite : tout ou rien

Messages recommandés

Harper

Bonjour à tous,

 

Dans le cadre de mon travail d'enseignante en école d'ingénieurs, je suis amenée à suivre des stages de fin d'études. Mes étudiants sont censés m'envoyer un rapport d'avancement de projet toutes les deux à trois semaines environ.

 

Ouimais, quand il s'agit d'un 5, faut s'accrocher pour les avoir ! Et généralement je suis obligée de leur envoyer un petit courriel du style "ce serait une bonne idée de…". Je reçois alors, soit une demi-page indiquant où il en est dans le projet, soit l'intégralité de la documentation disponible sur le sujet (genre une dizaine de fichiers tableur de vingt pages chacun… :lame:).

 

J'ai eu un retour d'info (indirect bien entendu) comme quoi celui que je suivais l'année dernière stressait régulièrement parce qu'il ne savait pas quelle quantité d'info m'envoyer. Remarque : la plupart des 6 que j'ai suivis, confrontés à un tel dilemme, s'empressaient de me téléphoner pour me demander mes attentes, ou bien allaient consulter leur responsable hiérarchique…

 

Quelques anecdotes concernant le 5 de cette année :

  • Après environ deux mois de stage, il a fini par me contacter (je commençais à envisager de passer par la voie hiérarchique d'entreprise). Devant passer à l'école pour une question administrative, il en a profité pour passer me voir à mon bureau, ce qui lui a permis… de repartir avec sa documentation au lieu de me la laisser (en profitant que je pensais à autre chose) !
  • Quand je suis allée le voir, il m'a fait un plan pour aller de la gare à l'entreprise : une petite merveille 5 contenant exactement les informations nécessaires. (J'ai un peu eu peur au début du trajet parce que si je me perdais je n'avais plus aucune info… et puis je me suis aperçue que les infos nécessaires y étaient bien, alors j'ai arrêté les "et si" et suivi le plan. Je suis arrivée sans problème.)
  • Les rapports d'avancement dont je dispose sont au nombre de deux (pour un stage de six mois) et d'une demi-page chacun. Par contre le rapport final contient le nombre de pages approprié… mais est accompagné d'un poly d'annexes de 150 pages : la totale des documents d'entreprise (qui n'ont pas été rédigés par lui :surprised:) sur le sujet.

Très cordialement,

Bénédicte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aurolaf

Bonjour Bénédicte,

 

Ton stagiaire 5 me rappelle étrangement mon DAF 5 évoqué dans Saga Corporate. J'y ai évoqué l'aspect "rétention d'information", mais il lui arrivait également de me noyer sous l'information (lorsque je devenais trop insistante), me donnant des tas de rapports d'une centaine de pages et me disant qu'ils contenaient les réponses à mes questions ! :heart:

 

Ne trouves-tu pas que cette avalanche de documents est une manière détournée de retenir l'information pour un 5 ? J'ai toujours eu l'impression, dans de pareilles circonstances, que mon DAF 5 ne voulait pas me donner l'information et qu'il me noyait sous les documents, sachant que je n'aurai pas le temps de lire les X pages mises à ma disposition.

 

Bonne semaine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Harper

Bonjour Aurore,

 

Je suis d'accord avec toi, au vu de l'effet provoqué par cette avalanche de données.

 

Avec peut-être une petite nuance : j'ai l'impression que pour un 5, "l'information, ça se mérite". Et donc peut-être que si on prenait le temps de digérer (ne serait-ce qu'en partie ?) toute cette masse d'info (burp), et posé quelques questions (ou fait des remarques) pertinentes, on aurait "réussi notre examen de passage" et mérité de recevoir de l'info. J'ai par exemple entendu parler d'un collègue 5 (alpha, aile 4) qui avait pris du temps pour faire travailler un cours (hors horaires officiels) avec des étudiants qui avaient manifesté leur désir et leur motivation.

 

Anecdote en limite de sujet sur ledit collègue : il semblerait que l'école ait quelques difficultés à récupérer la douzaine de bouquins fort coûteux qu'il a fait acheter à l'établissement et gardé par devers lui.

 

(À noter qu'une 6 aile 5 notoire que je croise régulièrement dans mon miroir préfère acheter elle-même une bonne part de ses bouquins professionnels pour pouvoir garder les bouquins pour soi sans se sentir dév… euh, déloyale.)

 

Très cordialement,

Bénédicte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aurolaf

Hello Bénédicte,

 

"J'ai l'impression que pour un 5, 'l'information, ça se mérite'."

300 % d'accord ! C'est exactement mon ressenti chaque fois que je travaille avec un 5.

 

Eh ben maintenant, je sais que je ne dois plus prêter de bouquins à mes copines 5 ou 6 aile 5 ! :heart:

 

À bientôt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"J'ai l'impression que pour un 5, 'l'information, ça se mérite'."

Comme nous le disons en stage de Bases, "un 5 ne donne pas de perles aux cochons". Pour qu'il donne de l'information, il faut qu'il n'ait pas autre chose à faire de son temps, et qu'un certain nombre de conditions soient remplies :

  • Il est convaincu d'être à la hauteur sur le sujet traité.
  • Il a perçu que son interlocuteur est réellement intéressé par le sujet traité.
  • Il estime que son interlocuteur a les compétences intellectuelles requises pour le sujet traité.
  • Il a la certitude que son interlocuteur a déjà suffisamment d'informations sur le sujet traité pour qu'un échange de qualité ait lieu.

S'il est dans un bon jour, c'est-à-dire si la passion d'avarice n'est pas trop forte, ces conditions sont suffisantes. Sinon, il y en a une de plus :

  • Il pense pouvoir apprendre quelque chose de nouveau lors de l'échange.

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jean-Nicolas

Bonjour à tous,

 

C'est toujours assez dur de lire des discussions sur les 5, parce que tout ce que vous avez dit est tellement vrai !

Fabien a parfaitement résumé le fonctionnement du 5 : cela se passe exactement comme cela.

Mais avant de connaître l'ennéagramme, je n'avais absolument pas conscience de ce mécanisme. Même aujourd’hui il m'arrive de ne pas être vigilant et de me dire "oups, ton ego t'a piégé !".

Mais Fabien a aussi donné les clés pour communiquer avec (manipuler ?) un 5. Appliquez les règles et le 5 devient intarissable. Bénédicte parle d'un rapport de 150 pages. C’est de la part du 5 un acte d'amour. Il donne ce qu'il a de plus précieux : son temps et sa connaissance.

En ce qui concerne les bouquins :hautetfort:, je dois reconnaître que c'est dur de se souvenir qu'il faut bien les rendre… un jour à leur propriétaires.

 

Très amicalement,

Jean-Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Mais Fabien a aussi donné les clés pour communiquer avec (manipuler ?) un 5. Appliquez les règles et le 5 devient intarissable."

Elles sont difficiles à remplir ces conditions ! Celui qui fait donc l'effort d'y arriver a, à mon avis, largement mérité l'information obtenue. :hautetfort:

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kiki

Bonsoir Bénédicte, Aurore, Fabien et Jean-Nicolas,

 

J'ai la chance de vivre avec un 5 et j'ai pu observé qu'il ne limite pas cette stratégie au domaine de la communication écrite. Il l'étend à tout ce qui concerne son temps et sa connaissance, à ce qu'il a de plus précieux, comme le dit très justement Jean-Nicolas.

 

En effet, chaque fois que mon 5 m'offre l'éternité alors que je lui demande une heure de son temps, c'est bien son amour que je ressens. :tongue: Et ce don infini a suffi pendant plusieurs années à me bluffer et à me faire oublier l'heure demandée, béate que j'étais devant tant d'abnégation ! :calin:

 

Aujourd'hui, j'ai appris à refuser le don infini et à répéter ma demande jusqu'à l'obtention d'un refus ou d'un engagement concret, précis, réalisable et surtout qui corresponde à ma demande. :wink:

Je ne laisse plus la beauté du don m'aveugler sur son impraticabilité et son côté encombrant. :cool:

 

Je rejoins donc l'observation d'Aurore :

Ne trouves-tu pas que cette avalanche de documents est une manière détournée de retenir l'information pour un 5 ?
C'est pour protéger ce qu'il a de plus de précieux que le 5 l'offre à l'autre jusqu'à l'encombrer. :cool:

Et cela n'enlève rien au fait que ce soit effectivement un don d'amour ! :pt1cable:

 

Plutôt que selon le mérite de l'autre, j'ai le sentiment que le 5 donne selon son amour pour la personne ou son intérêt dans l'affaire. J'irai jusqu'à avancer que lorsqu'il donne, ce n'est pas qu'il juge que l'autre le mérite, mais qu'il estime que lui-même ne mérite pas de le garder.

 

Quant à l'appropriation des objets de savoir, j'ai observé que questionné sur le sujet, le 5 alpha utilise la rationalisation. Cela signe-t-il une désintégration en 7 ?

 

Bisous clepsydre sous la pluie. :miam:

 

P.S. : :hautetfort: Je viens de découvrir les pouvoirs magiques d'intégration de ce smiley ; le croiser dans le texte a suffi à mobiliser tout mon centre instinctif. Comme mue par un soudain Eveil, je me suis dirigée vers le tabernacle familial où j'ai méticuleusement procédé à l'effort de déballage et de mastication d'une plaque de chocolat. Et je n'ai pas abandonné mon projet en route, la plaque a été soigneusement mastiquée jusqu'à la fin. Merci ! :cool:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Kiki, bonjour à tous,

 

"Plutôt que selon le mérite de l'autre, j'ai le sentiment que le 5 donne selon son amour pour la personne ou son intérêt dans l'affaire."

La stratégie que j'évoquais dans mon message du 12 septembre prenait bien en compte l'intérêt personnel du 5 dans l'échange. L'amour de l'autre doit intervenir différemment dans les variantes alpha et mu. Je vois toutefois mal un 5 aimant une personne lui donner des informations sans que les conditions citées soient remplies (sauf peut-être la quatrième "Il a la certitude que son interlocuteur a déjà suffisamment d'informations sur le sujet traité pour qu'un échange de qualité ait lieu"). En effet, s'il ne connaît pas suffisamment bien le sujet et si la personne n'est pas intéressée par le sujet ou ne peut guère le comprendre, où serait l'amour là-dedans ?

 

"J'irai jusqu'à avancer que lorsqu'il donne, ce n'est pas qu'il juge que l'autre le mérite, mais qu'il estime que lui-même ne mérite pas de le garder."

Je ne comprends pas bien cette phrase. Peux-tu préciser ?

 

"Le 5 alpha utilise la rationalisation. Cela signe-t-il une désintégration en 7 ?"

Peut-être, mais ce n'est pas suffisant pour le dire. Tous les types peuvent utiliser tous les mécanismes de défense, celui attribué à notre profil étant seulement le mécanisme principal.

 

"Je viens de découvrir les pouvoirs magiques d'intégration de ce smiley ; le croiser dans le texte a suffi à mobiliser tout mon centre instinctif. Comme mue par un soudain Eveil, je me suis dirigée vers le tabernacle familial où j'ai méticuleusement procédé à l'effort de déballage et de mastication d'une plaque de chocolat. Et je n'ai pas abandonné mon projet en route, la plaque a été soigneusement mastiquée jusqu'à la fin. Merci ! :hautetfort:"

Mastiqué soigneusement jusqu'au bout = travail-concentration + perfection. C'est même de l'intégration en 1, sainte Kiki ! :pt1cable:

 

Bisous alleluia.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kiki

Bonjour et bonne année à tous ! :heart:

 

"Je vois toutefois mal un 5 aimant une personne lui donner des informations sans que les conditions citées soient remplies (sauf peut-être la quatrième "Il a la certitude que son interlocuteur a déjà suffisamment d'informations sur le sujet traité pour qu'un échange de qualité ait lieu"). En effet, s'il ne connaît pas suffisamment bien le sujet et si la personne n'est pas intéressée par le sujet ou ne peut guère le comprendre, où serait l'amour là-dedans ?"

Je suis assez d'accord. A ma connaissance un 5 ne va pas gaspiller son temps, ni mettre en péril son image de savant. Il me semble cependant qu'il est également très difficile pour un 5 d'avouer qu'il ne sait pas. "Je ne sais pas" n'est pas une phrase qu'il aime prononcer. Selon mon expérience, s'il se sent assez en sécurité, il osera l'avouer peut-être une fois. Si la personne repose plus tard la question et qu'il ne s'est pas documenté sur le sujet entre temps, il fera mine de ne rien avoir entendu et ignorera la question ; si la personne insiste, le 5 peut alors inventer une réponse. (Ce qui d'ailleurs ne contredit pas forcément la première condition "Il est convaincu d'être à la hauteur sur le sujet traité." :laugh:)

 

La notion de mérite me pose toutefois problème. Je n'ai pas l'expérience d'un 5 qui offrirait son temps ou sa connaissance en fonction du mérite de son interlocuteur.

Si je me réfère à la définition qu'en donne un dictionnaire en ligne, le mérite est une "Valeur morale procédant de l'effort de quelqu'un qui surmonte des difficultés par sens du devoir et par aspiration au bien". Je reconnais qu'en ce qui concerne mon 5 préféré, il a ce que l'on appelle le plaisir de l'effort. C'est d'ailleurs une plaisanterie au sein de notre couple ; à lui le plaisir de l'effort, à moi l'effort du plaisir (archi-sainte Kiki s'intègre souvent en 4 :glouton:). Mais je ne suis pas convaincue par contre qu'il sanctionne ou récompense autrui selon ce critère. Moins que le mérite et son cortège d'efforts évalués, il me semble que ce soit plus la notion de sens qui détermine si oui ou non le 5 va partager son temps ou son savoir. Selon mon expérience, il se pose la question "Cela a-t-il du sens que je le fasse ?" et non pas "Cette personne le mérite-t-elle ?"

 

"'J'irai jusqu'à avancer que lorsqu'il donne, ce n'est pas qu'il juge que l'autre le mérite, mais qu'il estime que lui-même ne mérite pas de le garder.'

Je ne comprends pas bien cette phrase. Peux-tu préciser ?"

Si je perçois clairement qu'il y a de l'amour ou de l'intérêt derrière les dons de mon 5, j'ai aussi l'impression qu'une forme de culpabilité ou un sens du devoir peut s'y loger parfois. Et dans ce sens cela rejoindrait un peu la notion de mérite.

 

Bonne journée,

Bisous café sucré et croissants chauds. :kiss:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Kiki,

 

Bonne année à toi aussi. Cela fait plaisir de te relire après un long silence.

 

"Si la personne repose plus tard la question et qu'il ne s'est pas documenté sur le sujet entre temps, il fera mine de ne rien avoir entendu et ignorera la question ; si la personne insiste, le 5 peut alors inventer une réponse."

On ne repose pas à un 5 une question à laquelle il a déjà répondu. C'est un manque de séreux intellectuel et c'est lui faire perdre son temps. Je crois que l'invention d'une réponse est la conséquence de cela : puisqu'on n'écoute pas vraiment, il peut répondre n'importe quoi.

Sinon, face à des gens intéressés, je vois mal un 5 avoir la malhonnêteté intellectuelle de leur donner des informations inexactes, et face à des gens compétents, je le vois très mal prendre le risque d'être démenti. Hors désintégration en 7 ou 8, bien évidemment.

 

"La notion de mérite me pose toutefois problème. Je n'ai pas l'expérience d'un 5 qui offrirait son temps ou sa connaissance en fonction du mérite de son interlocuteur."

Je maintiens fermement cette notion de mérite. Il ne s'agit pas bien sûr de mérite moral, mais de mérite intellectuel. Une information n'est donnée que si la personne la mérite intellectuellement : capacité et volonté d'appréhender le sujet, effort intellectuel pour comprendre, éventuellement travail personnel pour acquérir une partie de l'information, etc.

 

Le 5 évalue les gens selon des critères intellectuels. Il ne perdra pas son temps avec quelqu'un qui ne satisfait pas les conditions minimum dans ce domaine. Je pourrai reformuler ainsi la définition de ton dictionnaire : "Valeur procédant de l'effort de quelqu'un qui surmonte des difficultés par rigueur intellectuelle et par aspiration au savoir". A propos du savoir, le 5 utilise souvent des termes empruntés à la morale : mérite (intellectuel); honnêteté (intellectuelle), etc.

 

Très amicalement,

Bisous mérités ou non, qu'importe !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jean-Nicolas

Bonjour à tous et bonne année,

 

Kiki, j'adore ta phrase : "J'ai la chance de vivre avec un 5" :glouton:

 

Je voudrais vous donner un feed-back (j'ai failli écrire un retour d’information) sur vos discussions.

Fabien dit : "Je maintiens fermement cette notion de mérite. Il ne s'agit pas bien sûr de mérite moral, mais de mérite intellectuel." Je confirme à 100%.

Kiki dit : "Il me semble cependant qu'il est également très difficile pour un 5 d'avouer qu'il ne sait pas." Je dirais que, d'une façon générale, personne ne fait cet aveu avec plaisir. D'une façon plus nuancée, cela dépend de mon entourage. Si je me sens en confiance (par exemple avec mes enfants), je n'ai absolument aucun problème à avouer mon ignorance. Dans un cadre professionnel où à priori je suis payé pour donner une réponse, c'est bien sûr plus difficile. Mais inventer une réponse avec le risque qu'elle soit fausse et qu'une personne en fasse la remarque, ce serait la honte. :heart: Alors, plutôt répondre : "Je ne sais pas" (pour l'instant, mais je vais me renseigner… oui quand même !).

La notion d'honnêteté intellectuelle est primordiale, y compris pour moi.

 

Très cordialement,

Jean-Nicolas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jorune

Bonjour à tous,

 

Toute cette discussion me rappelle la description que ma filleule m'a fait de son professeur de contrôle de gestion. J'ai lu, en partie, un des livres de ce professeur (par curiosité et pour me documenter dans mon nouveau job). Le mot "valeur" y tient une bonne place : ce n'est pas étonnant dans un bouquin de gestion, mais l'auteur y combine à la fois la notion de valeur pécunière, de valeur morale, de valeur intellectuelle, bref de matériel et d'immatériel, et le mot devient peu à peu central !

 

Il en arrive en fin de compte à dire que l'information doit circuler, mais pas trop tout de même, puisqu'en général, la circulation de l'information crée d'avantage de "valeur" et n'appauvrit pas celui qui donne l'information en question.

 

C'est le principe de la formation, mais pourquoi diable écrire tout un chapitre là-dessus ? Surtout quand on est professeur ? Sinon pour se convaincre dans sa "cinquétude", de faire preuve de pédagogie et de donner l'information (de la véritable information, celle qui a de la valeur) ?

 

C'est peut-être une caricature de 5 que je présente là. Ma filleule s'est souvent plainte du language compliqué utilisé par ce professeur pour faire passer son message (elle avait finalement téléchargé un dictionnaire sur son ordinateur, c'est dire !) et de l'intransigence dont il faisait preuve envers ceux qui ne suivaient pas son raisonnement.

 

Evidemment, quand on se dit que ce prof est un 5, tout ce comportement s'éclaire…

 

Cordialement,

Jorune

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kiki

Bonjour Fabien et merci de ton accueil,

 

C'est vrai que la notion de mérite intellectuel, tel que tu la décris fait sens. J'ai fait lire ton précédent message à mon 5, en lui demandant d'y écrire ses commentaires. Les voilà en bleu. Ils te donnent raison.

Bonjour Kiki,

 

Bonne année à toi aussi. Cela fait plaisir de te relire après un long silence.

"Si la personne repose plus tard la question et qu'il ne s'est pas documenté sur le sujet entre temps, il fera mine de ne rien avoir entendu et ignorera la question ; si la personne insiste, le 5 peut alors inventer une réponse."

 

Un 5 n'invente pas une réponse, il va essayer de trouver une réponse en réflechissant, puisque de ne pas savoir est un échec.

 

On ne repose pas à un 5 une question à laquelle il a déjà répondu. C'est un manque de séreux intellectuel et c'est lui faire perdre son temps. Je crois que l'invention d'une réponse est la conséquence de cela : puisqu'on n'écoute pas vraiment, il peut répondre n'importe quoi.

 

Oui, par dérision.

 

Sinon, face à des gens intéressés, je vois mal un 5 avoir la malhonnêteté intellectuelle de leur donner des informations inexactes, et face à des gens compétents, je le vois très mal prendre le risque d'être démenti. Hors désintégration en 7 ou 8, bien évidemment.

 

Yes.

 

"La notion de mérite me pose toutefois problème. Je n'ai pas l'expérience d'un 5 qui offrirait son temps ou sa connaissance en fonction du mérite de son interlocuteur."

Je maintiens fermement cette notion de mérite. Il ne s'agit pas bien sûr de mérite moral, mais de mérite intellectuel. Une information n'est donnée que si la personne la mérite intellectuellement : capacité et volonté d'appréhender le sujet, effort intellectuel pour comprendre, éventuellement travail personnel pour acquérir une partie de l'information, etc.

 

Je n'aime pas cette notion de mérite, mais la description correspond ("capacité et volonté d'appréhender le sujet, effort intellectuel pour comprendre, éventuellement travail personnel pour acquérir une partie de l'information, etc.").

 

Le 5 évalue les gens selon des critères intellectuels. Il ne perdra pas son temps avec quelqu'un qui ne satisfait pas les conditions minimum dans ce domaine. Je pourrai reformuler ainsi la définition de ton dictionnaire : "Valeur procédant de l'effort de quelqu'un qui surmonte des difficultés par rigueur intellectuelle et par aspiration au savoir". A propos du savoir, le 5 utilise souvent des termes empruntés à la morale : mérite (intellectuel); honnêteté (intellectuelle), etc.

 

Honnêteté intellectuelle, oui.

 

Très amicalement,

Bisous mérités ou non, qu'importe !

Bisous petit porto. :glouton:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Ils te donnent raison."

Kiki, moi non plus, je ne prendrai pas le risque d'être pris en flagrant délit d'affirmer fortement des choses erronées… :glouton:

 

Très amicalement,

Bisous lever de soleil,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Isa63

Bonjour,

 

J'ajoute là un témoignage qui me semble illustrer aussi un 5… Même si cela n'est qu'une seule situation et ne peut permettre d'émettre une hypothèse solide, cet exemple est assez curieux.

 

Un employé de nuit dans une maison de retraite a connu une forte mésentente avec un de ses collègues. À la suite de cette "dispute", l'agent s'est permis d'écrire à la direction un courrier entièrement écrit en… latin ! (L'histoire ne dit pas si le latin était correct !) La direction a alors interprété cela comme un danger (l'agent était-il en train de tourner à la folie ?) et a offert un changement de service. Cette personne est maintenant brancardier dans un service de radiologie.

 

Ces éléments laissent penser à un type 5… Parlant juste le nécessaire ("bonjour, je vous ramène tel patient avec sa radio", "bonjour, je viens chercher telle personne pour aller à la radio") pouvant évoquer le détachement ou l'avarice…

 

En revanche, il m'est arrivé de partager un temps de repas avec lui et de constater combien la connaissance et la culture étaient présentes ! Un véritable historien !

 

Amicalement,

Isabelle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nicolas

Bonjour,

Quand je communique par écrit, j'oscille entre être très court (mails professionnels, certains mails à des amis, parfois pour les études certains devoirs où je fais le minimum) et le structuré et précis, même peut-être un peu trop précis (parfois certains devoirs) : dans ce dernier cas, je veux mettre tous les détails, toutes les nuances de peur d'enlever une information essentielle (et aussi pour étaler ma science) ; je dois en fonction de mon lecteur faire attention de ne pas le noyer sous des informations inutiles pour lui, et c'est parfois un vrai défi que de savoir sélectionner quelles informations enlever.

Mais après tout, le but de la communication est d'être compris de l'autre, et il vaut mieux laisser son ego de côté et savoir faire preuve de pédagogie.

Nicolas

PS : il est très rare que j'exprime des émotions dans mes mails à mes amis ; j'ai commencé à (parfois) mettre "Bises" à certains.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Claire5

Bonjour tout le monde,

 

Quand je suis allée le voir, il m'a fait un plan pour aller de la gare à l'entreprise : une petite merveille 5 contenant exactement les informations nécessaires.
J'adore aussi dessiner des plans pour indiquer des chemins, avec juste les informations essentielles. En général, les gens rigolent en voyant le plan, mais au final me disent qu'ils s'y retrouvent très bien.

 

J'ai toujours un dilemme sur la quantité quand je dois rendre une production écrite :

  • Dans le pire des cas, je suis de très mauvaise volonté pour rendre un rapport. Je vais faire consciemment le service minimum. Ça a été le cas durant mes trois années d'école d'ingénieur, où je me suis pris d'ailleurs des réflexions du genre :"Vous vous foutez de notre gueule ? Vous avez mis combien de temps pour faire ça ?" (Deux options dans ce cas-là : J'ai trop honte et je m'écrase, ou alors je m'énerve en leur expliquant pourquoi leur formation est de toute façon incohérente.)
  • Si je suis désireuse de donner de l'information, il m'arrive souvent de raccourcir mon texte après relecture, parce que je veux éviter que ce soit trop long et pénible à lire. J'efface des pans entiers de texte ou bien je reformule pour faire plus court. J'ai tendance à me dire que les autres n'attendent pas autant de précision que moi-même j'aimerais en obtenir.

Bien amicalement,

Claire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×