Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture du 17 au 30 décembre 2018 inclus.

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Aujourd’hui
  2. Poème de 5

    Bonjour à tous, Ah oui, j’avais oublié cet article de ton blog, Fabien. Merci de me le rappeler. La vraisemblance de ce poème de Victor Hugo satisfaisait naïvement mon centre préféré. La découverte de son incohérence m’a empli de mal-être. Oui, Bookineur. Ce mal-être ressenti avec le poème de Victor Hugo, je ne l’ai pas ressenti avec des poèmes ou des chansons assumant sans ambiguïté leur subjectivité, sans trahir la réalité du monde extérieur. Ainsi le poème « Clown » d’Henri Michaux, lorsqu’il est dit avec simplicité, comme ici par Juliette Binoche : Ce poème parle d’identité, parle à mon centre émotionnel libéré de la tutelle du centre mental. Parle aussi à mon centre réprimé et mon vMème ROUGE (cf. la Spirale Dynamique), vMème qui n’est pas mon préféré. Il touche une part de moi enfouie. Enfouie sous mon ego de 5. Amicalement, Yves P.-S. : j’aime aussi beaucoup la poignante chanson « La Mémoire et la mer » de Léo Ferré, déjà citée dans ce message-ci de la conversation "S’exercer sur du Léo Ferré" : Source : Henri Michaux, « Peintures » (1939) in L’espace du dedans : Pages choisies (1927-1959), Paris (France), Gallimard, 1966, p. 249. [Version Kindle]
  3. Doute entre variantes alpha et mu

    Bonjour à tous, C'est tentant pour quelqu'un qui préfère le centre mental de vouloir connaître la cause. Cependant, elle n'est pas forcément accessible : Elle peut être constituée d'une série de petits évènements et non pas d'un gros traumatisme bien identifiable ; Elle peut avoir lieu tellement tôt dans notre vie que la probabilité de la trouver est très faible. Tu te rappelles que l'origine de ma propre répression de l'instinctif remonte à ma première semaine de vie et que je ne l'ai apprise que par hasard à un peu plus de 40 ans. Les techniques que nous voyons dans nos modules d'évolution, notamment celles du stage Éveil, permettent de travailler sur les mécanismes égotiques tels qu'ils se manifestent ici et maintenant sans recourir au passé. Chercher trop longuement la cause peut donc parfois être la déperdition d'une énergie qui serait mieux employée à traiter le problème actuel, un mécanisme de défense de narcotisation qui peut être bien tentant pour un 6 mu se désintégrant en 9. Bien sûr ! Très amicalement, Fabien
  4. Hier
  5. Doute entre variantes alpha et mu

    Bonjour à tous, bonjour Cicénoeuf, Ayant déjà fait deux ou trois stages avec toi, il est vrai que tu m'as fait part à plusieurs reprises de tes doutes quant à l'exactitude de ta hiérarchie des centres. Je me souviens d'au moins deux fois (aussi bien en stage Communication qu'à Entreprise) que tes interrogations venaient souvent après la description des mécanismes égotiques que les formateurs faisaient du type 3. Te trouvant pas mal de points communs avec ce dernier, cela laissait plus une éventualité de désintégration externe non pas en 9 mais bien en 3, d'où je comprends, le renforcement de tes doutes. Il y a une explication intéressante, dans le chapitre "Les variantes" du Grand Livre de l'Ennéagramme, (p. 158-159 de la 2e édition), qui pourrait peut-être t'aider dans ta réflexion. Une figure y montre deux personnes ayant exactement la même hiérarchie des centres, sauf que chez l'un la répression est plus forte, d'où un impact sur le fonctionnement de la personnalité plus visible et donc plus gênante, alors que pour l'autre, bien que réprimant le même centre cela n'aura pas ou peu d'effet sur sa personnalité. De plus, il est écrit que "toutes les combinaisons sont possibles, tant qu'est respecté le principe fondamental de l'ennéagramme selon lequel le centre préféré explique la majeure partie de la personnalité". Étant donc une histoire de proportion, il est possible que chez toi, la répression de l'émotionnel soit légèrement plus importante que l'instinctif. Ayant la même hiérarchie des centres que toi, et à titre de comparaison, la répression de l'émotionnel est très forte chez moi et l'instinctif en support bien présent, et ce de façon plus permanente. Mais rassure-toi, ayant discuté avec toi et entendu tes témoignages, nous partageons des traits égotiques très similaires (notamment dans tes moments de contre-phobie)… Ne serait-ce que par analogie, il me semble en effet plus probable tu sois 6 mu. Amicalement.
  6. Doute entre variantes alpha et mu

    Bonsoir Fabien, Je ne trouve pas que ta métaphore soit un peu gore, ni réductrice d'ailleurs (si je puis dire). J' apprécie cette figure de style imagée qui illustre bien concrètement une blessure originelle pressentie chez moi. Cela m'invite à rechercher au fond de moi l'origine de cette souffrance et cette répression versatile supplémentaire qui doit dater de mon enfance. J'ai déjà repéré les principales peurs vécues dans mon enfance qui ont construit pas forcément en ligne droite et harmonieuse, l'homme que je suis avec ses forces et ses faiblesses. C'est un autre sujet que j'aborderai quand je serai prêt à le partager. L'émotionnel est présent en moi bien entendu mais il est certain que j'ai tendance à refouler systématiquement certaines émotions qui s'apparenteraient à de la sensiblerie dans le milieu professionnel où j'ai évolué 26 ans dans la même entreprise, d'échelon en échelon et que je typerais 6 a priori. Le regard de l'autre sur mes actions, ressentis et décisions ayant été toujours trop important pour moi. À ce jour et depuis quelques années, je suis sorti de ce milieu que je pensais loyal, sécurisant mais trop conventionnel. Ceci dit, j'ai aussi mal vécu cette rupture sociale au fond de moi, mais sans l'exprimer avec vérité à mon entourage proche. Peu à peu, j'ai découvert une autre manière de vivre et de voir les choses essentielles de la vie, en ayant rencontré de belles personnes qui ne jugent pas et d'autres cultures. Le chemin est tortueux encore pour moi, je dois jeter régulièrement les mauvais souvenirs qui me hantent encore trop souvent afin de continuer à avancer plus paisiblement sur le beau chemin de vie que j'ouvre en regardant au bon endroit. Je dois de nouveau réussir ma vie en reconnaissant ma valeur sans me poser trop de questions dont les réponses vont devenir inutiles si j'assume et vit bien mon profil de personnalité 6 mu que je commence à apprivoiser. Amicalement.
  7. Poème de 5

    Bonjour Yves, bonjour Fabien, Je voulais juste réagir à cette phrase de ta part, Yves, car mon ego de 6 a plutôt tendance à envisager toutes les possibilités, et donc que pour lui, l'idée selon laquelle il y aurait une réalité objective qu'il faudrait simplement découvrir est contre-intuitive. Je fais ainsi continuellement la synthèse entre ce que j'observe et ce que j'imagine, et mon monde intérieur n'est ainsi pas étanche au monde extérieur ; ce dernier provoque évidemment en lui peur et doutes. D'où un manque de limite claire chez moi entre fiction et réalité (avec des transes associées, évidemment, notamment hallucinations, progressions en âge et régressions en âge, mais ce n'est pas le sujet). Cela me rappelle ce que tu m'as dit tantôt, dans la conversation "Tâtonnements de 6", et que je reproduis ci-après, sur la différence entre les 6 et les 5 sur l'arrogance intellectuelle et la croyance en la possibilité d'avoir un monde objectivable : Peut-être que la poésie, acceptant des contradictions et créant du sens malgré tout, peut être pas mal pour lâcher prise sur le mental et s'ouvrir à l'aspect émotionnel de l'existence. En tout cas, moi, ça me fait du bien d'écrire (ou de faire du théâtre) et de ne pas chercher de sens apparent, de cohérence, de parallèles… Amicalement, Bookineur
  8. Doute entre variantes alpha et mu

    Bonjour à tous, Tu n'es certainement pas, Cicénoeuf, le premier à douter, et il n'y a même pas besoin d'être 6 pour cela. Personnellement, je n'ai pas compris du premier coup que j'étais mu ! "Comment se fait-il que je hiérarchiserais les deux centres instinctif et émotionnel en co-réprimés ? C'est incohérent ! N'est ce pas ?" Non, ce n'est pas forcément incohérent. Il y a une blessure originelle qui est le centre réprimé et il peut y en avoir d'autres qui, comme tu le dis fort bien, sont "non permanentes". Pour essayer de clarifier, je vais utiliser une métaphore un peu gore, mais je ne résiste pas aux métaphores. On peut imaginer une personne qui, dans sa toute petite enfance, a eu un accident grave qui a conduit à l'amputation de la jambe gauche. Elle marche avec des béquilles. Cette amputation est bien sûr définitive mais la personne s'est habituée à elle, a organisé sa vie en conséquence et réussit ainsi à mener une vie à peu près normale. Cela ne l'empêche pas un jour de chuter dans un escalier et de se faire une fracture ouverte à la jambe droite. C'est temporaire mais c'est extrêmement douloureux et ça dure le temps des opérations et de la rééducation. Pendant ce temps, d'une part aucune des deux jambes n'est opérationnelle mais c'est de la jambe droite que la personne souffre et non de l'autre ! C'est même cette fracture de la jambe droite qui peut lui sembler la cause de son absence de mobilité puisqu'elle se débrouillait avant cette fracture. Très amicalement, Fabien
  9. Type 2 alpha et aile 1

    Bonjour Abdel, "Je dois avouer que durant longtemps, je doutais un peu de la validité de la théorie des centres." Pour info, de nombreux membres de la communauté de l'ennéagramme parlent de types d'intégration et de désintégration sans s'intéresser du tout à la hiérarchie des centres. C'est le cas par exemple d'Helen Palmer et de la plupart de ses étudiants. Tu ne doutais donc pas de la validité de la théorie de la hiérarchie des centres mais de la validité des flèches reliant les ennéatypes sur le symbole de l'ennéagramme. Ce doute est partagé par certaines personnes dans la communauté de l'ennéagramme comme nous l'avons évoqué dans cet article. C'est le cas par exemple de Tom Condon qui pense qu'on peut se désintégrer et s'intégrer dans les deux sens. "Je ne me sentais pas lié au type 4 seulement dans l’intégration, mais aussi donc, dans la passion et la fixation du type 4. Ce qui n’est donc pas censé être possible dans la théorie des centres…" Oui et non. Nous pouvons tous vivre toutes les passions, toutes les fixations, toutes les vertus et toutes les idées supérieures. Les notions de lignes et de flèches entre les ennéatypes disent seulement que : La passion et la fixation d'un certain ennéatype sont destructrices pour nous là où celles des autres ennéatypes sont négatives mais n'ont pas un impact durable sur notre personnalité ; La vertu et l'idée supérieure d'un autre ennéatype sont des vois d'évolution durable là où celles des autres ennéatypes sont positives mais ne nous changent pas en profondeur. "Cette explication te semble-t-elle valable ?" La question de la désintégration des ailes m'a souvent été posée. Je suis assez sceptique parce que avoir une aile, c'est avoir une passion et une fixation secondaire et cela ne semble pas lié à la hiérarchie des centres. Ensuite, le phénomène me semble difficile à observer et aboutir à un système très complexe mettant en œuvre trop de types. Par exemple, prenons un 4 alpha à aile 5 forte. Cela voudrait dire qu'en désintégration, il manifesterait des caractéristiques du 2 et du 7 et qu'en intégration, il manifesterait des éléments du 1 et du 8. Bilan, on expliquerait son fonctionnement par six types sur neuf, bref tous sauf ceux du triangle. Il y a là une dilution qui me semble peu propice à un vrai travail sur soi. La question m''ayant été posée, j'ai quand même essayé de m'auto-observer. Dans ton hypothèse, mon aile 8 — elle est suffisamment forte pour être observable — se désintègrerait en 2 avec donc de l’orgueil, de la flatterie et du dédain. Ça commence mal parce que l'orgueil et le dédain, mon ego de 7 connait déjà cela dans ses pires moments. Il ne reste donc que la flatterie. Là, je peux être catégorique : elle n'est pas présente et d'ailleurs ne serait pas très compatible avec l'avarice et le détachement de la désintégration de mon type principal en 5. En fonction de ton message, Abdel, je ne peux faire que cette réponse théorique. Très amicalement, Fabien
  10. Poème de 5

    Bonjour Yves, Merci pour cette intéressante observation. La loi implacable de l'orientation et de la hiérarchie égotique des centres s'applique bien sûr. Tu ne devais pas en attendre moins de Victor Hugo qui ne se gênait pas pour faire adapter le monde à ses besoins poétiques. Très amicalement, Fabien
  11. La dernière semaine
  12. Doute entre variantes alpha et mu

    Bonjour à toutes et tous, J'avance dans mon auto-observation depuis un moment et je veux (et non pas je dois) entrer dans le vif du sujet sur le forum des ennéatypes 6. Je souhaite enrichir cette réflexion de mes témoignages personnels analysés par mon propre regard éclairé de l'ennéagramme. Ceci est possible maintenant, grâce aux différents stages, aux témoignages partagés de stagiaires comme moi, de livres sur le sujet, sans oublier le regard bienveillant sur mon fonctionnement de ma très chère compagne 9 qui vit la plupart des stages physiquement avec moi… J'ai l'ambition modeste et nécessaire de tenter d'expliquer correctement et de manière compréhensible mes ressentis, afin d'avancer moi-même et en partage avec la communauté de ce forum. Pour commencer, j'ai eu un doute sérieux sur ma variante en alpha ou mu une fois reparti du stage Centres. Avant d'effectuer ce stage spécifique, j'étais convaincu d'être mu et puis à la fin de ce stage Centres et des ateliers en groupe pour chaque centre instinctif, émotionnel et mental, je me suis redéfini en fin de stage (avec un peu de regret) alpha, en m'étant inséré en cours de route dans le groupe réprimant l'instinctif. Ceci montre bien la dualité qui me préoccupe. Après échange avec ma compagne 9, recoupements divers et relecture à tête reposée des supports de cours, Je sais maintenant que c'est une erreur, je suis bien mu ! J'ai été induit en erreur de par ma répression actuelle mais non permanente du centre instinctif depuis quelques mois (que je me dois d'analyser et de changer) qui est ressortie en atelier "instinctif" alors que je réprime l'émotionnel beaucoup plus souvent dans ma vie. Je sens, sais et suis conscient que je suis en ce moment plutôt en désintégration moyenne en 9 mu et que lorsque je suis intégré dans ma vie, c'est plutôt en 3 mu, tout en étant assez souvent contrephobique (j'y reviendrai par la suite). Mon parcours de vie professionnel et personnel me le prouve bien. J'ai tenté d'identifier des moments de congruence ou non-congruence des centres, et ça m'aide bien. J'en reparlerai à part de ce sujet. Parfois, j'ai le sentiment d'avoir un basculement co-réprimés de deux centres (émotionnel et instinctif) et il ne reste que le mental qui chauffe sur des évènements passés qui remontent en surface, je ne fais plus grand chose, je m'isole, je recherche qui je suis et pourquoi je réagis comme ça sans trouver de solution logique pour contrer cet état statique, le vide qui me remplit est insondable et je l'affronte dans l'isolement de mon bureau sans sortir. Le monde extérieur est refoulé et je refais le monde et ma vie mentalement. Tout cela est très perturbant car j'ai l'impression que mon mental n'est jamais co-réprimé et fonctionne (mal) mais de manière trop récurrente. Cela ne correspond pas à la hiérarchie des centres proposée en alpha et mu du 6 et je m'interroge trop souvent. Comment se fait-il que je hiérarchiserais les deux centres instinctif et émotionnel en co-réprimés ? C'est incohérent ! N'est ce pas ? Ce sont des évènements personnels, voire professionnel/perso fusionnés ces dernières années qui ont modifié mon fonctionnement (évoqués oralement aux stages). Pour l'instant, je me rouvre après les stages à mon aile 7 que j'avais rangé au fond d'un tiroir, certains ont dû le remarquer dans mon entourage et j'en suis très heureux. L'ennéagramme me passionne et m'ouvre un nouvel horizon sur moi et les autres. C'est devenu important pour moi d'aller plus loin. Ami(e)s 6 (Autres types bienvenus ! Si le cœur vous en dit) : avez-vous eu ce dilemme entre alpha et mu également ? Qu'en pensez-vous ? À vous lire. Amicalement.
  13. Type 2 alpha et aile 1

    Bonjour Fabien, Bonjour à tous, Je voudrais faire part d’une réflexion que j’ai eue il y a quelque temps, et qui m’a permis d’affiner un peu, je pense, la connaissance de mon ennéatype (si tant est que ma réflexion soit juste). Étant 2 alpha, je préfère le centre émotionnel, utilise le centre instinctif en support, et réprime donc le mental. Je me désintègre donc ainsi en 8, et m’intègre en 4. J’ai par ailleurs une forte aile 1. Mais je dois avouer que durant longtemps, je doutais un peu de la validité de la théorie des centres. Car en essayant d’être le plus sincère vis-à-vis de moi-même (autant que je le puisse), je me sentais aussi bien lié l’intégration du type 4 (harmonie, contentement, originalité) qu’à sa désintégration (envie, mélancolie). Je me sentais sur ce point précis, autant 2 alpha que 2 mu, selon les moments de ma vie, car je ne me sentais pas lié au type 4 seulement dans l’intégration, mais aussi donc, dans la passion et la fixation du type 4. Ce qui n’est donc pas censé être possible dans la théorie des centres… Ainsi, étant 2 alpha, je ne suis donc pas supposé être attiré par les éléments de désintégration du 4, et pourtant, j’ai réalisé il y a peu que j’ai très longtemps ressenti une attirance réelle, et profonde, pour la tristesse, la mélancolie, la nostalgie. Comme un gouffre dans lequel il y avait toujours cette tentation de plonger, un vide qui attire paisiblement, qui hypnotise, et qui paradoxalement, réconforte l’âme d’une peine souvent sans objet. J’ai toujours trouvé dans la tristesse et la mélancolie, une forme de beauté sombre et calme, une élégance silencieuse, une élévation de soi, émotionnelle (et illusoire). Une pente dangereuse toutefois, car à se sentir attiré par ces émotions négatives, on a tôt fait de s’y complaire, égotiquement bien sûr. Et malgré l’ennéagramme, je ne trouvais pas d’explication, puisque la théorie des centres semblait s’y opposer. D’ailleurs, et c’est ce qui me confortait un peu dans ce doute, je ne voyais pas en quoi passer, selon les moments de vie, d’alpha à mu, et réciproquement, était impossible dans la théorie de l’ennéagramme. Car si ce qui relève de l’inné (en l’état actuel des connaissances) est la préférence d’un centre, ainsi que sa direction d’utilisation (l’ennéatype de base donc), le reste, c’est-à-dire la variante, les ailes, et le sous-type relèvent de l’acquis, de l’histoire de vie donc. Et de ce fait, si les sous-types — acquis — sont variables durant toute la vie d’un individu, pourquoi n’en serait-il pas de même avec la variante alpha/mu ? Je ne voyais pas ce qui théoriquement s’opposait à ça. Et surtout, je me sentais donc profondément connecté au type 4, tant dans mon vécu intérieur, que dans les faits concrets de ma vie. Ce qui me perturbait. Mais j’ai réalisé il y a quelque temps maintenant, une hypothèse qui peut expliquer ce fait, sans remettre en cause la théorie des centres. Étant 2 alpha, si je m’intègre, c’est donc en 4, mais ayant une aile 1, j’ai réalisé que si j’étais en désintégration en 8, cette aile 1 faisait que j’allais aussi me désintégrer en 4. Donc, le type 2 avec aile 1, serait doublement lié au type 4, par son intégration, et par sa désintégration (via son aile 1). Cette double liaison d’un ennéatype à un autre, compte-tenu de la structure de l’ennéagramme, peut également être vécu par un type 7 alpha à aile 8, qui serait ainsi doublement connecté au type 5, tant dans les passions/vertus, que dans les fixations/idées supérieures. Cette explication te semble-t-elle valable ? Amicalement, Abdel
  14. Poème de 5

    Bonjour à tous, C’est seulement un matin, au réveil, deux jours après avoir redécouvert ce poème, que j’en ai tout à coup pris conscience, avec un léger frisson d’horreur, suivi d’une grosse déception : à l’époque des mûres, rossignols et merles ne pouvaient plus chanter depuis belle lurette. Pourquoi ai-je été choqué ? Cherchant à se protéger de mon univers intérieur, mon ego de 5 ne considère pas que les fantasmes, eux aussi, participent à la réalité. Il cloisonne fantasmes et réalité. Préfère porter son attention sur le monde extérieur. Ce monde soi-disant objectivable, observable à distance de mon univers intérieur, le sécurise. Amicalement, Yves
  15. Tourner un centre intérieur vers l'extérieur

    Bonjour à tous, Compléter la direction de l'utilisation de notre centre préféré est positif pour tous les types. Cependant, l'ennéagramme dit que, après l'intégration interne, c'est la première chose à faire pour le 4 mu et ça ne l'est pas pour le 4 alpha. Cette remarque ne s'applique pas vraiment à toi, Mdo, étant tout le magnifique travail que tu as fait sur toi, mais c'est un point important à rappeler pour ceux qui débutent. Très amicalement, Fabien
  16. Avant
  17. Parfois, il vaut peut-être mieux ne pas être 6 !

    Bonjour à toutes et à tous, Une première (vraie) envie instinctive de réagir par l'humour à ce programme aérien, afin de faire travailler et solliciter mon centre réprimé. Dans l'hypothèse où le rédacteur de ce programme pourrait être ennéatypé successivement de 1 à 9, je m'autorise ce scénario qui m'aidera mnémotechniquement à intégrer quelques aspects de la communication vers l'autre. Sous réserve de relecture avisée et acceptée de Fabien et/ou Patricia. Je me lance. Hypothèse 1 Ce que nous enseigne ce programme encourageant mais provisoire dans un esprit pratique, c'est de préparer votre voyage avec implication forte afin d'avoir une critique mesurée éventuelle si la date convenable annoncée n'était pas tenue. Ce qui serait fâcheux pour l'émetteur de ce programme presque parfait car toujours perfectible. Bon et intégral voyage ! Hypothèse 2 Il tient à aider le futur passager en donnant son avis sur une arrivée qui est envisageable le 11e jour. C'est une forme d'encouragement manipulatrice du lecteur à travers une grosse émotion recherchée pour être aimé. Conseil de votre meilleur ami : vous êtes le meilleur nouveau client sélectionné ! Offrez-vous mon cadeau ! Hypothèse 3 Ce n'est que de la propagande, je vous l'assure, c'est ma réalisation réussie grâce au marketing de votre voyagiste sous bon stress ! Dans l'émotion du contexte de votre voyage et de vos activités à préparer pour agir et faire. Ne soyez pas impatient comme moi, soyez optimiste et l'issue de cette date annoncée qui peut être ou ne pas être me valorisera. Hypothèse 4 Il vous peint un portrait original de votre retour à Paris avec passion dramatique et se plaint en cherchant à séduire son lecteur par sa communication symbolique du 11e jour qui est pensable (tiens, même plus émotionnel) sauf que … Après cette mise en forme, attention au rejet ! N'en faites pas un drame ou une sensiblerie comme moi. Je compte sur vous ensuite pour une bonne critique constructive ! Ben quoi, moi aussi je fais de l'esprit critique. Hypothèse 5 Il traite dans son jargon non verbal, la connaissance d'une arrivée hypothétique qui peut être réalisée le 11e jour. Le mot utilisé et concis tout en faisant abstraction de sa faible expression émotionnelle. Cependant la supériorité de cette information est absolument précise mais sans obligation de validation. Si vous avez des questions, posez les bonnes. Je gagnerai du temps pour y réfléchir vite. Hypothèse 6 (ma préférée) Je m'autorise à parler pour lui. La limite possible voire probable de ce dernier vol semble suspicieuse à ses yeux scrutateurs. Il projette son doute par cette ambivalence qu'il pense et repense de manière correcte et loyale, "Mais" Attention ! Rationalité de mise : par correction envers vous, il comprendrait que vous ayez peur en hésitant à prendre ce vol qui ne semble pas sans faille. En revanche, vous pouvez compter sur sa loyauté à toute épreuve. Encore une fois, attention à vous ! On se fait un film en attendant ? Hypothèse 7 C'est un projet optimiste, faisable et expérimenté par votre serviteur, ce sera la plus belle histoire de votre vie ! Une belle expérience joyeuse pour vous et qui vous évitera la dépression et la colère ! Personnellement je ne m'implique pas cette fois-ci car j'ai un nouveau dérivatif plaisant, alors que pour vous qui reviendrez dans la gaieté ce sera "carpe diem" le 11e jour d'après. Champagne ! Hypothèse 8 Une transgression franche et admissible sur le jour d'arrivée annoncé pour vous : je vais être franc ! Je suis réservé émotionnellement sur l'issue de votre atterrissage. Et puis "Merde de coléoptère colérique !" Mon instinct, ma pensée binaire et ma générosité parfois dans la démesure me font vous dire de foncer et de ne pas être faible ! Vivez le truc et à fond. Vous êtes le plus convaincu ! Moi je le suis. Hypothèse 9 (ma deuxième vraie préférée) Possible ? Possible ?? C'est possible. C'est comme vous voulez ! C'est vous qui décidez, moi je ne sais pas. Ah la la, moi et mon incontinence verbale. Bon, je vais à l'essentiel: Oui ! Non, en fait je ne sais pas, je ne sais plus, et vous ? Oh, je sens monter en moi une apaisante quiétude bienveillante en union prolongée avec vous, Vous avez donc tout mon soutien, ça je le sens. On me parle… Qu'est ce que tu dis ?, mon 6 de compagnon me dit de faire attention à l'explosion à retardement possible… Tout est possible. N'est-ce pas ? Merci pour votre lecture courageuse et pardonnez moi cette déviance humoristique. Cicénoeuf
  18. Tourner un centre intérieur vers l'extérieur

    Bonsoir Gri, Fabien et tous les autres… Étant 4 alpha, ma priorité est de rééquilibrer mes centres, et d'activer mon instinctif réprimé, ce à quoi je m'emploie jour après jour. Néanmoins, ton approche, Gri, me parle beaucoup. Il me semble que tourner davantage mon centre émotionnel vers les autres peut contribuer significativement à être plus présente dans le monde et dans la réalité, et moins dans les rêveries. De plus, cela aide mon centre instinctif à passer à l'action. En fait je me retrouve tout à fait dans tes automatismes, et les solutions que tu suggères font tout à fait sens. Le besoin de reconnaissance du 4 dans ses difficultés me semble commun à tous les 4, qu'ils soient mu ou alpha. Amitiés à tous.
  19. Exemples de désintégration externe chez le 6

    Merci Fabien pour tes précisions, je comprends mieux maintenant. J'en profite au passage pour saluer et remercier Alice et le lapin pour son témoignage plein de courage et de sincérité. Je suis admiratif quant à sa capacité à faire passer et exprimer avec justesse et recul ses émotions, qui plus est, concernant un évènement aussi éprouvant. En ce qui me concerne, depuis le stage Essence et surtout Résilience je me suis pris en pleine face la répression de mon émotionnel. Je ne pensais pas que je réprimais à ce point. D'ailleurs c'est sur les exercices liés à l'émotionnel où j'ai vraiment le plus de mal, à chaque fois. J'en viens même à te demander Fabien de m'aider à savoir si j'avais bien amplifié ou pas la répression de mon émotionnel, c'est dire… Enfin… que le chemin est long mais au moins maintenant je sais qu'il est balisé. Amicalement.
  20. Tourner un centre intérieur vers l'extérieur

    Bonjour à tous, "Est-ce à ça que tu pensais ?" Il me semble que dans "Puis l'idée fait son chemin", il y a de la paresse, au sens de la passion du 9. Donc j'aurais préféré tout simplement "Puis j'y ai réfléchi plus profondément". Très amicalement, Fabien
  21. Tourner un centre intérieur vers l'extérieur

    Merci Fabien, "Ce n’est pas un traître, juste un ami maladroit." Vu, attention à ne pas le (me) prendre en grippe. Mon ego est mon ami, voilà qui m'aidera à m'en souvenir : Je vois bien la formulation passive que je remplacerais par 'j'ai choisi de voir les choses autrement". Rester acteur de ma propre vie. Est-ce à ça que tu pensais ? Plainte moi ? Jamais ! Je parlais de ce bout de mon chemin particulier qui consiste à se tourner vers l'extérieur. Et en effet, je vois mieux les ressorts du 4 : besoin de reconnaissance dans les difficultés que j'éprouve. Amicalement.
  22. Bonjour à tous, "J’espère avoir à ce sujet plusieurs avis." Ici, Serge, la règle du jeu est de commencer à donner son témoignage analysé en fonction de son ennéatype avant de réclamer celui des autres. Et le moins qu'un puisse dire est que le tien est un peu court… Je donne quand même le mien et il y a une bonne chance que 7 à aile 8 et 8 à aile 7 se ressemblent une fois de plus. J'aime beaucoup Serge Reggiani, aussi bien l'acteur que le chanteur, et un peu moins Moustaki. À l'époque, je n'aimais pas trop cette chanson. Une des raisons est sans doute qu'elle mettait trop évidence le côté égotique de la liberté vue par le 7 et le piège qu'elle constitue : "Devant tes volontés / Ma vie était soumise / […] Et combien j'ai souffert / Pour pouvoir satisfaire / Toutes tes exigences." Moi non plus, je n'aimais guère la fin qui justement reste égotique au lieu de présenter l'amour comme une vraie liberté : "Et je t'ai trahie / Pour une prison d'amour / Et sa belle geôlière…" Très amicalement, Fabien P.-S. : "Une phrase magnifique de…" Ces trois points de suspension correspondent à Jacques Mesrine. Je suis persuadé que tu le sais. Pourquoi ne l'avoir pas dit ?
  23. Exemples de désintégration externe chez le 6

    Bonjour à tous, J'ai été un peu flemmard sibyllin sur ce coup-là. Il faut dire que c'était périphérique par rapport au témoignage d'Alice et le lapin. En temps normal, le second centre est un centre de support, c'est-à-dire qu'il va plutôt bien mais sert principalement les intérêts du centre préféré. En désintégration, la répression du centre réprimé s'accroît effectivement. Dans un premier temps, le centre préféré occupe la place et c'est la désintégration interne. À un moment donné, la place devient trop grande, le centre de support est touché et se met à fonctionner de manière égotique (passion, fixation, mécanisme de défense). Nous nous désintégrons dans un type qui préfère ce centre de support. Bien entendu, il y a les fameuses exceptions qui ici sont les 4 alpha, 5 alpha, 2 mu et 7 mu. "Je ne suis pas complètement certain (merci pour ton aide Fabien ) si j'ai amplifié la répression de mon émotionnel ou inversement." C'était un merci prématuré ! Je n'ai pas d'idée à partir de ce que tu décris. Très amicalement, Fabien
  24. Bonjour à tous, J’aimerais faire découvrir aux plus jeunes et à celles et ceux qui seraient passés à côté de ce chef-d’œuvre de Georges Moustaki magnifiquement interprété par Serge Reggiani : Je suppose que cette chanson peut être reçue différemment selon notre type. J’espère avoir à ce sujet plusieurs avis. Personnellement j’ai un peu de mal avec la fin. Je vous propose également une phrase magnifique de… : « Si je meurs en haut du mur, ce sera en riant, parce que je mourrai libre. » Bien à vous, Serge
  25. Exemples de désintégration externe chez le 6

    Bonjour à tous, Je reviens par rapport à ce topic qui date d'un an maintenant et particulièrement sur ce qui a été dit ci-après : Étant 6 mu et co-réprimant le centre émotionnel, je me désintègre non pas chez le 3 comme Alice et le lapin mais en 9. Je me souviens d'un moment de désintégration très fort en 9 où je ne suis pas complètement certain (merci pour ton aide Fabien ) si j'ai amplifié la répression de mon émotionnel ou inversement. Je me rappelle très bien (l'unique fois d'ailleurs) où j'ai ressenti de tout son poids la passion de paresse et la fixation d'oubli de soi du 9. Couplée à la peur dans laquelle j'étais complètement submergée, j'étais devenu sans vie, sans énergie, effacé, complètement inoffensif. Mon centre instinctif en soutien de mon mental, qui lui avait complètement basculé, ne fonctionnait quasiment plus. Moi qui d'habitude dans le foyer familial est celui qui fait figure d'autorité notamment vis à vis ma fille et de son éducation, j'étais devenu l'ombre de moi même. J'acceptais tout ce qu'elle voulait, je la laissais faire, je disais oui à tout non pas avec encouragement et force, mais avec découragement et désespoir… Ça a duré quelques semaines avant que épouse 9, si conciliante d'habitude, ne commence à me souligner gentiment mes largesses incohérentes et ...quelque peu irresponsables. Le bon côté de cette désintégration exceptionnelle — qui fera peut-être l'objet d'un topic à part — est que cela m'a poussé à une introspection profonde qui de fil en aiguille m'a amené à découvrir l'ennéagramme ! Amicalement.
  26. Entrée en scène d'un 6…

    Bonjour à tous, Bienvenue Cicénoeuf sur ce forum. Je trouve ce premier message assez fascinant, sans doute bien révélateur de l'ambiguïté du 6 et de sa passion : "C'est mon premier message mais attention ce n'est pas mon premier vrai message", voilà une forme inédite pour une arrivée sur le forum. Très amicalement, Fabien
  27. Entrée en scène d'un 6…

    Bonjour, Mon centre instinctif réprimé me fait reporter actuellement la rédaction de mon premier vrai contenu. Cela ne me semble pas insurmontable, je dois juste franchir le pas ou plutôt écrire mon premier mot mais j'hésite. Je doute de moi-même, presque en colère contre celui que je décris. Ensuite (et je le sais) d'autres mots suivront et vont me libérer dans mon écriture, j'attends ce moment avec impatience. Il viendra bientôt. Je me dois d'être confiant. Le regard de l'autre (donc du lecteur) est une angoisse latente sur son possible ressenti. Comment va-t-il accueillir mes mots ? En y réfléchissant, je me dis qu'il me faut déjà écrire pour que l'autre puisse lire. Alors, je dois y aller, c'est une nécessité ! J'y suis prêt. Je veux mieux savoir qui je suis. Alors à bientôt pour mon premier mot à partager avec vous. J'ai hâte. Cicénoeuf
  28. Bonjour à tous, Je trouve cette conversation très intéressante. Merci à Tir Na Nog de l’avoir créée, ainsi qu’aux participants. Voici un témoignage d’un 5 alpha. Si une des tâches implique une interaction sociale, alors je focalise mon attention sur cette tâche-là — sauf bien sûr si j’ai enclenché le mécanisme de défense du 5 et subis la fixation de détachement. Dans ce cas d’interaction sociale, je parviens difficilement à répartir mon attention sur plusieurs tâches. Trop d’enjeu et de pression : cf. la false core du 5 dans le stage Néti néti et le domaine du 5 dans le stage Ailes. Une exception toutefois sur un plateau de théâtre, où je joue le jeu sans enjeu. Je n’ai pas vécu cela. Sur le plateau, j’apprécie les déplacements et autres mouvements conscients : je les associe immédiatement au texte, ils m’aident dans mon expression. J’accorde mes centres. La préférence pour le centre mental se manifeste dans la priorité au texte. Pareil pour moi. Je dirais seulement « le mental participe » plutôt que « le mental assiste ». Quant aux déplacements et autres mouvements inconscients, j’ai tendance à en abuser pendant des improvisations théâtrales, lorsque je me sens envahi par des émotions féroces. Je n’ai pas remarqué ce phénomène chez des 4. Eux, ne fuient pas leurs émotions intenses. Il s’agit chez moi d’un mécanisme de fuite égotique au service de la compulsion d’évitement du 5, au même titre que le mécanisme de défense. De même, dans le quotidien, au téléphone, quand bouillonnent mes émotions, je me lève et me mets à marcher en rond dans la pièce, avec le même sentiment d’urgence que lorsque je me mets à touiller une casserole bouillant sur le feu. Même préemption opérée par mes centres préféré et de support, bien qu’ils soient intervertis par rapport à ceux de Tir Na Nog. Il m’arrive, suite à une parole, de me figer et de suspendre ainsi la tâche pratique en cours. Lorsque j’invite des amis à dîner, le dîner dure très longtemps, car je focalise mon attention sur la conversation au lieu de servir le plat suivant. Je n’entends pas l’estomac de mon voisin crier famine… Tiens, une hallucination soustractive (cf. le stage Éveil). En ville ou sur autoroute, je n’aime pas discuter en conduisant une automobile. Enfermé dans cette cage infernale, je ne peux pas fuir les intrusions émotionnelles. Par contre, lorsque je roule dans la campagne, je discute volontiers, car je sais que je peux arrêter aisément la cage infernale au bord de la route, pour en descendre et aller marcher quelques minutes : cf. à nouveau le mécanisme de défense du 5. Je l’ai fait à plusieurs reprises. Je suis bien descendu défendu. ************ Passons enfin — ouf ! — au cas où les tâches n’impliquent aucune interaction sociale. Oui. Réaliser en même temps et avec attention une tâche physique et une tâche mentale, fluidifie mes sentiments et mes pensées. Il m’est arrivé, en me douchant ou en faisant le ménage, d’accéder au centre intuitif du 5 (cf. le stage Centres) et de vivre des intuitions. En marchant sous une averse de pluie ou de neige, j’ai pu répartir mon attention entre mon corps, mes centres — y compris mon centre intuitif — et l’environnement. Il y a toutefois des exceptions, lorsque la tâche physique demande trop ou trop peu d’effort physique ou d’attention. Trop d’effort physique : par exemple, difficile pour moi de réciter un texte dans ma tête en nageant ou en grimpant une longue côte à bicyclette. Trop d’attention : dans la descente de la côte à bicyclette, mon attention est focalisée sur l’évitement d’une chute. Trop peu d’effort ou une attention trop peu soutenue : je deviens distrait, je subis des transes d’hallucination soustractive (cf. le stage Éveil), parfois dangereuses — accidents à vélo ou en auto. Des distractions causées par des émotions trop intenses et la combinaison dangereuse de la préférence pour le centre mental extérieur — qui veut garder le contrôle — et de la répression du centre instinctif. C’est d’ailleurs une des causes de mon profil C- (cf. le stage Sous-types). J’ai toujours plaint les surveillants de baignade. Il m’est aussi arrivé (c’est moins grave) de laisser s’évaporer toute l’eau d’une casserole posée sur le feu. Je rapproche cet exemple de l’exemple de la surveillance de la cuisson d’un plat, donné par Simechau : Et enfin, il y a les exceptions liées à la peur de base du 5. Cf. l’évocation par Bookineur de son aile 5 : ************ Réaliser deux tâches mentales simultanément, ce serait perdre la double orientation de connaissance et de précision. Il n’en est pas question. ************ Pour conclure, si les tâches n’impliquent aucune interaction sociale, alors oui, je peux les réaliser simultanément. Si elles ne demandent pas trop ou trop peu d’effort physique ou d’attention, si je les réalise avec une attention juste, alors parfois cette combinaison permet l’expression de l’essence. Amicalement, Yves
  29. Les autres sont tous de cons

    Bonjour, J'aimerais compléter mon précédent témoignage. À l'époque, quand j'ai posté, j'étais persuadée d'être 7. En réalité, je suis 6 mu. Je souris en relisant également le message de Vacataire/Serge qui pensait aussi être 7 alors qu'il est 8. Je pense que nos témoignages peuvent rester intéressants pour les 7, en gardant en tête ceci : Bisous.
  1. Charger plus d’activité
×