Scroll To Top

Père et fils
Analyse

Père et fils: LéoLéo (Philippe Noiret) : 2

La manipulation émotionnelle est une des grandes spécialités des 2 peu intégrés et c'est l'un des thèmes centraux du film. Elle est pour Léo le moyen de forcer ses enfants à partir tous ensemble en vacances avec lui au Québec. Victime d'un léger malaise, il choisit d'avertir indirectement David et Max, malgré l'avis de son frère, médecin : "Pourquoi les inquiéter puisque t'as rien ?" Quand David arrive, le premier, et frappe à la porte de la chambre, Léo rapidement éteint la télé, cache les biscuits qu'il dévorait, ferme les volets électriques afin de créer une pénombre sinistre, et, enfin prêt, dit d'une voix mourante : "Entrez…" Évidemment, la manipulation ne peut fonctionner que par le mensonge : "Comment t'as su ? Qui est-ce qui t'a prévenu ? Ah ! Joseph a dû appeler. Je lui avais demandé de ne pas vous inquiéter. Surtout toi. Avec tout le travail que tu as. C'était pas la peine de te déranger."

Malheureusement, l'infirmière avait signalé à David l'état de santé en réalité florissant du père, ce qui provoque la colère immédiate : "Qu'est-ce qu'elle y connaît, celle-là." On notera au passage la fixation de l'ennéatype 2, flatterie à l'égard du fils, dédain pour l'infirmière. Mais Léo réussit rapidement à convaincre David de la soi-disant gravité de son état et peut alors lui proposer le voyage au Québec. Pour une manipulation efficace, rien de tel que de créer chez l'autre un peu de culpabilité : "Évidemment, je ne vous ai pas vus très souvent. Il n'est peut-être pas trop tard, David." Mais quand un 2 veut quelque chose, c'est bien sûr pour le bien de l'autre : "Ça te ferait du bien. Tu ne prends jamais de vacances." Comme cela n'est pas suffisant, il suffit de rajouter une couche de culpabilité : "Plus tard, ce sera peut-être trop tard."

Le même plat est ensuite servi à Max, à peu près dans les mêmes mots.

Quand David essaye d'échapper au départ, Léo réutilise le truc : "Le seul rendez-vous que tu peux pas rater, c'est ce voyage avec moi parce que c'est le dernier."

Même si c'est là son coup de maître, Léo est un habitué de la méthode. Il a réussi à faire venir ses deux enfants fâchés à son repas d'anniversaire en leur mentant : "Il m'avait dit qu'il viendrait pas. Il est venu. C'est pas de ma faute. C'est mon anniversaire, fais un effort. Tout va bien se passer."

Il continue pendant le voyage. Ainsi, il a un nouveau pseudo-malaise quand David et Max se battent et pendant qu'on le conduit à l'hôpital, les yeux mi-clos mais bien attentifs, il geint "David, embrasse Max !" jusqu'à ce que les deux frères ne sachent plus comment faire, si ce n'est s'exécuter. Puis dans la prison, pour la première fois, ses enfants semblent réconciliés, mais comme c'est pour évoquer ses faiblesses en tant que père, il ne le supporte pas et use à la sortie de son truc favori : "Je préfère mourir seul que mal entouré." De nouveau, il appuie ferme sur le bouton quand à la station-service, ses enfants "oublient" de l'emmener.

Bien sûr Léo est toujours prêt à aider. Quand un scooter est renversé dans la rue sous ses fenêtres, il se précipite : "J'arrive. Mon frère est médecin. Je sais comment faire." Il ira jusqu'à draguer à la place d'un de ses enfants dans le pub de Montréal : "Mademoiselle, je vous présente mon fils cadet Simon. Il vous trouve ravissante. Vous avez déjà eu une petite aventure avec un jeune Français ?" Il est intéressant et significatif qu'il ne comprend pas et ne tient pas compte de la gêne de Simon. De même, il téléphone à Nicole, la femme de David, pour essayer de les rabibocher.

Quand Léo ne peut pas aider par lui-même, ce n'est pas grave, il mobilise de force les autres : "Si mes enfants peuvent vous aider en quoi que ce soit, ils seront ravis." Justement non, ils ne sont pas ravis et Léo ne comprend pas, une fois de plus : "Ben quoi, on peut rendre service, non ?"

Contrepartie égotique de l'aide, Léo n'a officiellement pas besoin de grand-chose : "C'est une idée à lui cette histoire de guérisseuse. Moi, j'y tenais pas tellement." Sauf d'aider et d'aimer évidemment : "Ça me fait plaisir de faire plaisir à mes enfants."

Léo est très relationnel et devient vite intime avec les gens. Il est proche de Jacques, le représentant en farces et attrapes. Il embrasse l'infirmière à la sortie de l'hôpital. Etc. Il aime le contact physique : il touche volontiers les gens, il embrasse son frère sur l'épaule quand celui-ci accepte de ne pas révéler sa supercherie, il est aux anges pendant le massage exigé par Mado.

Déjà évoquée, la fixation du type, la flatterie est souvent présente. Par exemple, dans l'avion qui les mène à Montréal, Léo est assis à côté de Simon et Max en classe touriste et leur dit : "J'en ai rien à faire d'être en première. On est quand même mieux ici." Mais dès qu'il a rejoint David en première, il s'extasie sur le confort et demande innocemment : "Il doit y avoir que des hommes d'affaires important comme toi." Avec Mado, il devient lyrique sur la douceur de ses mains (même si celle-ci n'est pas dupe : "Chantez-moi pas la pomme. J'ai les mains aussi douces qu'une râpe à fromage.")

Pour un 2, une relation existe dans l'instant. Cela peut le rendre curieusement indifférent aux autres. Ainsi, Léo refuse un moment d'intimité que lui demande Max parce qu'il est à ce moment-là centré sur Mado. Ce qui conduit à quelques gaffes :

  Léo : Toi, ça va avec Françoise ?
  Max : Martine !

Sans doute trop occupé par d'autres relations plus valorisantes, Léo n'a pas été très attentif quand ses enfants étaient jeunes. Lors de la grande explication chez Mado, David lui lance : "Pour une fois, dis-le que tu te fous de nous !" Et comme il proteste, Max affirme : " Quels que soient les sacrifices que t'as pu faire, c'est d'abord pour toi que tu les a faits."

Identification avancée : Léo est un 2 α à aile 3 de sous-type conservation ("Privilège").

Père et fils: DavidDavid (Charles Berling) : ?

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une analyse détaillée de ce personnage.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Père et fils: SimonSimon (Pascal Elbé) : ?

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une analyse détaillée de ce personnage.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Père et fils: MaxMax (Bruno Putzulu) : ?

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une analyse détaillée de ce personnage.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Autres

D'autres personnages peuvent être identifiés sur l'Ennéagramme : Jacques (joué par Pierre Lebeau) et Mado (jouée par Marie Tifo).

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une description de ces personnages.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Retour à la
description du film